Ipsen doit suspendre les essais d’un de ses produits phares

le 11/07/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Son traitement de l’hémophilie B devrait être commercialisé avec plusieurs mois de retard après un problème potentiel de tolérance

Coup dur pour Ipsen. Son partenaire américain Inspiration vient de suspendre les essais cliniques de phase III de l’IB1001 pour le traitement et la prévention de l’hémophilie B, l’un des produits les plus prometteurs du laboratoire français. Le marché a immédiatement sanctionné cette annonce par une chute du titre de 11,37% à 17,70 euros. Depuis le début de l’année, l’action perd près de 27%, alors que le CAC Mid 100 prend plus de 7%.

Les autorités américaines (FDA) ont demandé cette suspension, alors que certains patients ont développé une réponse positive au test d’anticorps à la protéine CHO (ovaire de hamster chinois). «Bien que cette découverte pose un problème de tolérance potentiel, aucun élément ne semble indiquer de changement du profil bénéfice/risque actuel de l’IB 1001», souligne Ipsen. Inspiration devrait expliquer en fin d’année les raisons de ce taux élevé d’anticorps.

Alors qu’Aurel BGC anticipait une commercialisation au premier semestre 2013 en Europe et au second semestre 2013 aux Etats-Unis, le produit sera approuvé au mieux avec six mois de retard, au pire il sera abandonné, estiment Aurel BGC et Natixis. «Un abandon provoquerait une nouvelle provision pour dépréciation de la valeur d’Inspiration et remettrait en cause l’avenir d’Inspiration», prévient Natixis.

«Le marché potentiel de ce produit est estimé à environ 1 milliard de dollars, note Gilbert Dupont. Sachant qu’il existe déjà un produit similaire sur le marché depuis 15 ans, nous avions considéré que le groupe pourrait être en mesure de capter au moins 20% de ce marché avec un positionnement prix plus attractif, les coûts de production devant être beaucoup plus faibles que ceux de son concurrent». Natixis évalue le chiffre d’affaires potentiel d’IB1001 à 110 millions d’euros et Aurel BGC à 100 millions d’euros, soit moins de 2 euros par action. L’action a perdu hier 2,27 euros.

Les regards sont plus que jamais tournés vers l’OBI-1 pour le traitement de l’hémophilie A, l’autre candidat médicament le plus prometteur d’Ipsen. Aurel BGC en attend 200 millions d’euros au pic des ventes. Toutefois, le sentiment du marché est désormais négatif, d’autant que l’abandon du taspoglutide, dans le traitement du diabète, début 2011 reste encore présent dans les esprits.

A lire aussi