La scission de News Corp concrétiserait le nouveau profil de l'empire Murdoch

le 27/06/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe réfléchit officiellement à séparer ses journaux de ses activités audiovisuelles, qui représentent plus de 80% de son bénéfice

Journal du groupe Murdoch à la vente le 28 juin. Photo: Chris Ratcliffe/Bloomberg News

Le scandale des écoutes téléphoniques de l’ancien magazine britannique News of the World pourrait se solder par une décision historique pour News Corporation, le groupe de Rupert Murdoch.

Dans un bref communiqué, le géant des médias a reconnu hier réfléchir à séparer ses activités en deux sociétés cotées distinctes: d’un côté les médias audiovisuels (Fox, Sky…), de l’autre les journaux et magazines (The Times, New York Post, Wall Street Journal…). Le groupe répondait à une rumeur insistante relayée notamment par le Wall Street Journal.

Cette réflexion n’est pas nouvelle chez News Corp. L’idée d’une scission a déjà été évoquée par le passé mais Rupert Murdoch n’avait jamais été convaincu de son intérêt. L’affaire News of the World a certainement contribué à infléchir sa position. Ce scandale pourrait en effet faire perdre au groupe sa licence d’exploitation pour BSkyB, sa chaîne payante britannique, l’un des actifs les plus dynamiques et les plus rentables de News Corp. Après un rapport parlementaire à charge sur les pratiques des journaux du groupe, l’Ofcom, le régulateur britannique des médias, a ouvert une enquête début mai. Il devrait se prononcer dans les prochaines semaines sur la gouvernance de BSkyB, détenue à 39% par News Corp. En séparant l’audiovisuel de l’édition, le groupe pourrait définitivement mettre à l’abri sa chaîne britannique, même s’il est probable que la famille de Rupert Murdoch conservera le contrôle des deux sociétés scindées.

Accélérée par le scandale News of the World, la scission constitue aussi une évolution naturelle aux yeux de nombreux analystes. Après avoir étendu son empire dans les journaux et magazines, de l’Australie vers les Etats-Unis en passant par la Grande-Bretagne, Rupert Murdoch a fait prendre à son groupe le virage de l’image dans les années 80 avec le rachat de Fox. Depuis, malgré l'acquisition du groupe Dow Jones en 2007, l’audiovisuel a pris l’ascendant sur des activités «papier» en perte de vitesse. Les chaînes de télévision et les studios représentent désormais les trois quarts du chiffre d’affaires et 83% du résultat opérationnel du groupe. L’opération viserait ainsi à mieux valoriser les activités audiovisuelles. Hier, le cours de l'action News Corp a gagné 8,31% à 21,76 dollars, portant la capitalisation boursière à 52,87 milliards.

A lire aussi