L'accès au crédit bancaire se complique pour les PME européennes

le 02/05/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Selon la BCE, 20% des PME européennes constatent une réduction de l'offre de prêt. Les banques constituent leur première source de financement

Illustration: Fotolia

La dernière enquête de la Banque centrale européenne auprès des PME complète le tableau dressé par l'enquête trimestrielle de la BCE auprès des banques. Alors que cette dernière faisait état de la forte baisse de la demande de crédit des entreprises, le sondage réalisé auprès des PME au second semestre 2011 tempère le phénomène.

D'abord, leurs besoins augmentent. 19% des entreprises interrogées font part d'une hausse de leur besoin de financement, contre 17% au premier semestre 2011. Dans un environnement économique dégradé, le besoin de crédit bancaire et de découvert augmente pour 8% et 14% d'entre elles respectivement, en net. Ensuite, certaines indiquent qu'elles ont continué de faire des demandes de prêts à leur banque. Précisément, un quart d'entre elles ont formulé une demande de crédit, contre 22% au premier semestre. 47% n'ont pas fait de demande, estimant qu'elles avaient des ressources suffisantes, une part en baisse par rapport aux 51 % du début de l'année 2011. Et le pourcentage de PME n'ayant pas fait de demande par crainte qu'elle soit refusée est stable à 7%.

Parallèlement, les PME confirment que l'accès au crédit est plus difficile. 20% des PME sondées en net observent une réduction de l'offre de prêts bancaires, contre 14% au premier semestre. Elles mettent en avant deux facteurs principaux pour expliquer ce phénomène. Les perspectives économiques en général sont invoquées par 35% des PME en net, contre 30% précédemment. La détérioration des perspectives de leur propre entreprise est aussi citée par 13% des entreprises en net, contre 7% dans la précédente enquête.

Les banques demeurent la première source de financement des PME, à hauteur de 77% contre 73% au premier semestre 2011, et devraient le rester car les entreprises les plus petites n'ont pas accès à d'autres sources comme les émissions obligataires. C'est particulièrement vrai dans les pays périphériques où la taille moyenne des entreprises est généralement inférieure, relève la recherche économique de Goldman Sachs. Les PME de moins de 50 salariés emploient 68% des effectifs en Italie et 63% en Espagne, contre 40% en Allemagne et 36% au Royaume-Uni.

A lire aussi