Zynga révise sa stratégie pour ne pas connaître le même sort que Groupon

le 02/12/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le site de jeux en ligne prévoit de baisser sa valorisation de 10 à 7 milliards de dollars en augmentant la part de flottant de 10 à 15%

Zynga ne souhaite pas imiter Groupon. Le site de jeux en ligne, conseillé par Morgan Stanley et Goldman Sachs, songerait finalement à mettre sur le Nasdaq un flottant de 15% de ses actions ordinaires, selon Bloomberg. Avec une fourchette de prix de 8,5 à 10 dollars par action, Zynga prévoit de lever jusqu’à un milliard pour une valorisation d’environ 7 milliards. Un niveau deux fois moins important que celui de 14 milliards évoqué en août dernier par la société comme représentant sa «juste valeur», et 30% de moins que les 10 milliards évoqués il y a quelques jours comme étant la valorisation cible du groupe mais pour un niveau de flottant limité à 10%. Une valorisation qui représente néanmoins 6,8 fois les ventes des douze derniers mois, alors qu’Electronic Arts, qui lui a soufflé le rachat de son concurrent direct PopCap, est valorisé à environ deux fois ses ventes des douze derniers mois.

Il faut dire que le revers des IPO des sociétés internet sur les marchés américains cette année a contraint Zynga à revoir ses ambitions à la baisse et à adapter sa stratégie. Groupon a en effet payé cher sa stratégie visant à avoir mis sur le marché une faible part de flottant, de seulement 5,8%, afin de doper sa valorisation, les opérations de ventes à découvert ayant fait chuté son cours à 18,95 dollars hier, pour une cotation initiale de 20 dollars.

Mais Groupon n’est pas un cas isolé. L’action de Pandora Media traite avec une décote de 35% par rapport à son cours d’introduction en Bourse. Selon une étude de Dealogic citée par le Financial Times, les sociétés américaines introduites en Bourse cette année ont vu en moyenne le cours de leur action chuté de 9,9% sur leurs six premiers mois de cotation. Il s’agit seulement de la deuxième contreperformance annuelle de ce type depuis 1995, après 2008 qui avait vu le cours moyen des sociétés fraichement cotées chuter de 15%. Sur les 119 opérations enregistrées par Dealogic cette année, 41 traitaient à des cours inférieurs à celui de leur IPO six mois plus tard. Renren, le «Facebook chinois» a ainsi vu le prix de ses actions chuter de 59% après six mois de cotation et Tudou de 59% depuis août dernier.

Zynga cherchera certainement à suivre l’exemple de LinkedIn, dont l’action cotait hier à 67,78 dollars, soit une hausse de plus de 50% par rapport à son cours d’introduction en Bourse.

A lire aussi