Edenred met le numérique au cœur de sa stratégie

le 30/11/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe de services prépayés vise un volume d’émission électronique de plus de 70 % en 2016, contre 41 % en 2011. L’Europe est à la traîne

Pour sa première journée investisseurs, Edenred a confirmé ses objectifs à moyen terme. Avant d’ «Inventer 2016», le groupe de services prépayés va «Conquérir 2012». Cette stratégie se déclinera en deux axes principaux: la croissance organique et l’accélération de la transition au numérique.

D’une part, la croissance interne du volume d’émission est attendue entre 6 et 14% par an (+10% en 2010, et +9,7% sur les neuf premiers mois 2011). Une progression permise par l’augmentation du taux de pénétration sur les marchés existants (2 à 5%), par la création de nouvelles solutions et le déploiement des existantes (2 à 4% après 2012), par l’extension géographique avec l’ouverture de 6 à 8 pays d’ici à 2016 (1 à 2% après 2014), et par le relèvement de la valeur faciale des solutions (1 à 3%). D’autre part, la transition au numérique va s’accélérer, avec un objectif de volume d’émission électronique de 50% en 2012 (contre 34% en 2010 et 41% attendus en 2011) et de plus de 70% en 2016. Si l’Amérique latine est très en avance, avec un taux de dématérialisation de 71% prévu en fin d’année, l’Europe devrait seulement atteindre les 10% fin 2011.

Cette accélération au numérique entraînera des coûts d’exploitation additionnels de 10 à 15 millions d’euros en 2011 et en 2012 (après 4 millions en 2010), mais permettra de générer des revenus additionnels compensant les moindres revenus liés aux produits perdus une fois le passage au numérique effectué. Elle réduira aussi la structure de coûts de 5 à 10%, grâce à l’allègement des frais de production et de logistique. Après cette transformation, Edenred vise un objectif de taux de transformation opérationnelle (ratio entre variation du résultat courant opérationnel et variation du chiffre d’affaires, en données comparables) supérieur à 50%, contre environ 30% actuellement.

Avec un volume d’émission de près de 14 milliards d’euros en 2010, sur un marché du paiement prépayé B2B estimé à 121 milliards d’euros, Edenred conserve un large potentiel de développement. Le groupe va continuer à offrir de nouvelles solutions (69 fin 2010 et 80 fin 2012) dans les avantages aux salariés (87% de son volume d’émission). Il va aussi se renforcer dans les gestions de frais professionnels et les solutions de motivation; et développer les programmes sociaux publics pour les institutions voulant contrôler et «tracer» les fonds qu’elles attribuent.

A lire aussi