EDF et Veolia veulent améliorer leurs relations chez Dalkia

le 08/11/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La simplification des structures capitalistiques et de direction permettrait de soutenir la performance opérationnelle de la filiale commune

Surnommé «Dallas» en interne, en référence aux rebondissements du feuilleton star des années 80, le dossier Dalkia vient d’être rouvert par ses deux actionnaires, EDF et Veolia Environnement. La reprise des discussions a été confirmée à L'Agefi par une source proche du dossier. Selon celle-ci, les négociations pourraient durer et leur conclusion reste hypothétique. D’autant que les relations entre Henri Proglio, le président d’EDF, et Antoine Frérot, son successeur à la tête de Veolia Environnement, se sont singulièrement dégradées depuis l’avertissement sur résultats lancé cet été par le groupe de services à l’environnement, notamment pour solder l’héritage des années de direction Proglio. Les deux groupes ne font aucun commentaire.

Ces discussions visent à simplifier la structure capitalistique de Dalkia, spécialisé dans la gestion de réseaux de chauffage collectifs. EDF détient 34% de Dalkia Holding, Veolia contrôle le solde. Dalkia Holding possède 100% de Dalkia France et 75,8% de Dalkia International, EDF détenant le dernier quart du capital de la filiale internationale de Dalkia. Selon Les Echos, en apportant des actifs situés en Europe centrale à la société commune, EDF pourrait monter à 50% du capital de Dalkia Holding. En contrepartie, Veolia serait assuré du management de la société. En revanche, l’éventuelle montée d’EDF au capital de Veolia, dont il détient déjà 4%, ne serait plus à l’ordre du jour.

En appliquant un multiple valeur d’entreprise sur ebitda (excédent brut d'exploitation) de 7 fois, les analystes de Cheuvreux valorisent la part de 16% dans Dalkia Holding à 450 millions d’euros. Selon eux, l’opération aurait du sens d’un point de vue industriel. Elle accroîtrait la présence de Dalkia en Europe centrale, l’une des régions prioritaires de la société, où elle réalise déjà 16% de son chiffre d’affaires. «A l’heure de l’efficience énergétique et de la montée en puissance des smart grids (réseaux de distibution d'électricité intelligent, ndlr) la nécessité stratégique de renforcement dans ces activités est avérée. Pour Veolia, le bénéfice est double avec une entrée d’actifs dans le périmètre de Dalkia et l’amélioration de la gouvernance des activités à l’international accompagnée d’une confirmation du contrôle managérial sur le prestataire de services énergétiques», appuient les analystes crédit de Natixis.

A lire aussi