H&M gagne des parts de marché malgré une baisse de ses ventes trimestrielles

le 30/09/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe de textile pâtit à la fois de la force de la couronne suédoise, et de la hausse des prix du coton et des salaires en Asie

A défaut d’engranger plus d’argent, H&M gagne des parts de marché! Le géant suédois de la mode a enregistré pour son troisième trimestre clos fin août une baisse de 15% de son bénéfice net à 3,59 milliards de couronnes suédoises (389 millions d’euros), notamment en raison de la force de sa monnaie domestique face aux autres devises. Toutefois, le consensus Dow Jones Newswires n’espérait que 3,39 milliards. Ces résultats meilleurs qu’attendu ont permis à H&M de rebondir hier de 6,84% à la Bourse de Stockholm.

Conséquence des ventes plus faibles qu’attendu, mais aussi du programme d’ouverture de magasins, les stocks ont bondi de 26% au troisième trimestre à 13 milliards de couronnes, et pèsent 12,2% du chiffre d’affaires sur 12 mois glissant, contre 9,9% un an plus tôt et 9,6% fin mai 2011.

Malgré un contexte économique difficile, un climat défavorable et une base de comparaison élevée, les ventes ont progressé de 5% en monnaies locales, mais reculé de 3% en données publiées à 26,9 milliards de couronnes. En revanche, le résultat d’exploitation recule de 17% à 4,7 milliards – pour un consensus Bloomberg à 4,35 milliards – notamment sous l’effet de la hausse des prix du coton et des salaires en Asie. Soit une marge opérationnelle en recul de 3,5 points sur un an à 17,5% (après 13,9% au premier trimestre, 20,3% au deuxième trimestre).

«H&M continue de gagner des parts de marché dans un environnement difficile pour la distribution de prêt-à-porter», souligne Karl-Johan Pesson, directeur général de H&M, sans chiffrer le gain. D’ailleurs, le groupe vient de relever son objectif de développement pour l’exercice 2010-2011, tablant désormais sur 265 ouvertures nettes de magasins, contre 250 l’an dernier. Cette année, les plus grandes expansions auront lieu en Chine, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et en Allemagne. En revanche, le démarrage des ventes en ligne aux Etats-Unis est reporté du printemps à l’automne 2012, afin de «prendre le temps nécessaire pour assurer le meilleur accueil lors du lancement», explique H&M.

L’environnement demeure toujours tendu. En septembre, les ventes ont crû de 3% en monnaies locales, soit une baisse de l’ordre de 5% selon les analystes. Or Bank of America Merrill Lynch et Bryan Garnier espéraient un recul limité à 2%.

A lire aussi