Accor assure n'avoir constaté aucun signe de ralentissement cet été

le 25/08/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Après un bon premier semestre, marqué par une hausse de 44 % du résultat d'exploitation, le revenu par chambre a continué à progresser en juillet

Les secousses économiques et financière de cet été n’ont visiblement pas affecté la tendance positive dont bénéficiait Accor depuis le début de l’année. «Sur les réservations, il n'y a pas d'éléments à ce jour qui soient négatifs. Nos réservations pour septembre sont de bon niveau. Aujourd'hui, on reste vigilant, mais à ce stade on n'a rien constaté», a expliqué la directrice financière d'Accor, Sophie Stabile, lors d'une conférence téléphonique. «Les tendances du second semestre sont portées par les bonnes performances de l'été», appuie le groupe hôtelier, numéro quatre mondial derrière InterContinental, Marriott et Starwood. Le revenu par chambre disponible a augmenté de 7,3% au juillet, après une hausse de 6,2% au deuxième trimestre.

Si un ralentissement «paraît toujours probable, l’absence de signal à cette heure, alors qu’il y en a d’autres dans des segments connexes comme les compagnies aériennes ou l’intérim, constitue une bonne nouvelle pour Accor et pour le secteur après la violente chute subie en un mois (-26%)», apprécient les analystes d’Oddo Securities. L'action Accor a gagné 1,71% hier à 23,51 euros.

Au premier semestre, la hausse de 5,8% du chiffre d’affaires, à 2,97 milliards d’euros, a engendré une nette amélioration du résultat d’exploitation: +44% à 199 millions d’euros. Le taux de transformation du chiffre d’affaires en marge brute d’exploitation (ebitda) atteint 51,5%, précise Accor, signe de l’efficacité du recentrage du groupe sur l’hôtellerie. Depuis la scission l’an dernier de la filiale de services Edenred, puis la vente en mars de la participation de 49% au capital de Lucien Barrière (268 millions d’euros), Accor n’exploite plus d’activités annexes. Sa dette nette s’élevait à 559 millions d’euros à fin juin, contre 730 millions fin 2010. Elle devrait encore diminuer de l’ordre de 200 millions d’euros d’ici la fin de l’année, estime Oddo, grâce aux cessions annoncées de Lenôtre à Sodexo et de deux hôtels à Paris (Bercy et Arc de Triomphe).

Afin d’améliorer son profil opérationnel, le groupe devrait poursuivre ses cessions immobilières. La vente des murs d’hôtels a déjà généré 306 millions d’euros depuis le début de l’année, soit environ la moitié de l’objectif annuel que s’est fixé Accor pour 2011 et 2012. La direction devrait donner plus de précisions lors de la journée investisseurs du 13 septembre.

A lire aussi