Le dynamisme de Daimler ne suffit plus à susciter l’enthousiasme

le 02/05/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le constructeur automobile allemand a publié des résultats trimestriels en nette hausse, grâce notamment aux voitures haut de gamme en Chine

«Nous somme sur la bonne voie», s’est félicité vendredi le directeur général de Daimler, Dieter Zetsche, à l’occasion de la publication de résultats trimestriels en net progrès. Le résultat d’exploitation particulièrement a bondi à fin mars de 71% à 2,03 milliards d’euros, pour un chiffre d’affaires de 24,73 milliards d’euros, en hausse de 17%.

Daimler a bénéficié sur le segment de la voiture de tourisme de la demande des marchés émergents, notamment de la Chine. Les ventes de la filiale Mercedes-Benz sur ce marché, désormais le plus important au monde, ont presque doublé sur un an (+82%). Les autres constructeurs haut de gamme tels BMW ou Audi tirent profit de la même tendance, tous trois misant sur des ventes records cette année. L’analyste Jürgen Pieper chez Bankhaus Metzler qualifie dès lors les chiffres récents de la filiale de Daimler de «bien moins dynamiques» que ceux de Volkswagen. Mercedes-Benz entend pouvoir écouler plus de 1,3 million d’unités en 2011 grâce au dynamisme de la Classe S, et 1,5 million en 2015 grâce à un doublement des ventes en Chine. D’ici là, le groupe entend bien faire mieux en 2011 que le marché automobile mondial dont il estime la progression entre 5 et 7% en volumes.

La division poids-lourds n’a pas démérité, sous l’impulsion d’une reprise de la demande en Amérique du Nord et en Europe. Son résultat opérationnel trimestriel a triplé à 415 millions d’euros. Arndt Ellingshorst, analyste chez Credit Suisse, se dit pourtant «déçu» face à des marges bien inférieures à celles de Volvo, le principal concurrent.

«Même si le premier trimestre a de toute évidence été bon pour Daimler, cela montre à quel point il est difficile de créer une bonne surprise, tant les attentes sont élevées», a résumé Tim Schuldt, analyste chez Equinet. D’autant que le directeur financier, Bodo Übber, a prévenu que le groupe pourrait bien enregistrer une provision supplémentaire liée au tremblement de terre japonais du 11 mars au titre du deuxième trimestre. La charge s’est élevée à 49 millions au trimestre écoulé. Le groupe allemand confirme toutefois ses objectifs 2011, particulièrement une «hausse sensible» du résultat opérationnel par rapport aux 7,2 milliards d’euros engrangés l’an dernier. Le groupe s’estime bien parti pour respecter les critères de rentabilité qu’il souhaite afficher sur une base durable à partir de 2013.

A lire aussi