Glencore tire sa richesse d'un profil atypique d'activités

le 15/04/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Présent dans les mines, le pétrole et les matières premières agricoles, le suisse a dégagé en 2010 un chiffre d'affaires de 145 milliards de dollars

En nommant hier l’ancien légionnaire, explorateur, dirigeant et administrateur (Deutsche Bank, Hutchison Wampoa, Vivendi…), Simon Murray, à la présidence de son conseil, Glencore confirme son profil atypique. Créé en 1974 par Marc Rich, gracié par Bill Clinton le dernier jour de sa présidence pour une affaire fiscale, le courtier en matières premières ressemble à peu d’autres entreprises. Spécialisé initialement dans le négoce de métaux, Marc Rich & Co. se lance aux débuts des années 80 dans les matières agricoles. S’ensuit alors une série d’acquisitions dans les mines, dont une prise de participation en 1990 dans Xstrata. Cédé en 1994 à ses associés, le courtier prend alors le nom de Glencore, pour Global Energy Commodity Resources.

Depuis cette frénésie d’acquisitions, le groupe implanté dans la ville suisse de Zoug affiche un portefeuille hétéroclite. Des exploitations agricoles et des élevages, en Europe centrale, en Asie ou en Amérique latine. Des champs pétroliers au large de l’Afrique. Et enfin une multitude de participations dans des entreprises cotées en Bourse. Outre les 34,5% toujours détenu au capital du groupe minier Xstrata, Glencore détient ainsi 8,8% de Rusal, numéro deux mondial de l’aluminium, 44% du canadien Century Aluminium, 70,5% de Minara Resources, le numéro deux australien du nickel, ou bien encore 32,2% de Recylex, l’ancien Metaleurop.

Difficile à décrypter pour les analystes, cette diversification permet toutefois au groupe de profiter de plusieurs moteurs de croissance. En 2010, Glencore a dégagé un chiffre d’affaires de 145 milliards de dollars, en hausse de 36%. Son excédent brut d’exploitation (Ebitda) a bondi de 58% à 6,2 milliards de dollars. Et son bénéfice net a atteint 3,79 milliards, 1,7 milliard de plus qu’en 2009. Le prix théorique de l'IPO valoriserait environ 14 fois ce résultat net.

Après sa cotation, Glencore n’entend pas renoncer à cette richesse. Outre les 2,2 milliards de dollars destinés à financer la montée au capital du producteur kazakh de zinc Kazzinc, le courtier prévoit de puiser 5 milliards de dollars dans les fonds levés en Bourse pour investir dans différentes activités d’ici à 2013. Mais le plus grand projet reste une prise de contrôle de Xstrata. La cotation est perçue comme un préalable indispensable à la fusion. La valorisation de Glencore tutoierait alors les 130 milliards de dollars, quasiment autant que Rio Tinto, le troisième groupe minier mondial.

A lire aussi