Altran se met en ordre de bataille pour affirmer son redressement

le 15/03/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe de conseil aurait reçu une offre pour céder ses activités au Brésil, alors que la cession d'Arthur D. Little semble prendre forme

Mission accomplie pour Altran. L’objectif affiché du groupe de conseil en technologies de doubler sa marge opérationnelle courante (MOC) au deuxième semestre 2010 a été très largement rempli, puisqu’elle a atteint 7,1%, contre 2,5% au premier semestre. Sur l’année 2010, elle se monte à 4,8% contre 2,2% en 2009. Outre la hausse du résultat opérationnel courant à 69,1 millions d’euros en 2010 (contre 31 millions en 2009), l’amélioration de la marge brute qui rebondit à 28,6%, avec un taux de facturation moyen de 82,8% en 2010 contre 78,6% en 2009, ainsi que la baisse relative des charges indirectes à 22,1% du chiffre d’affaires (contre 23,1% en 2009) ont largement contribué à cette bonne performance.

Malgré le rebond de l’opérationnel, Altran reste en perte nette de 26 millions d'euros contre 74,7 millions en 2009. Outre l’augmentation des frais financiers à 24,4 millions d’euros due à la première intégration de l'obligation convertible 2015, la performance a été affectée par une hausse de 30 millions des dépréciations de survaleur sur Altran Control Solutions et Arthur D. Little (ADL), ainsi que par les coûts de restructurations de 21,4 millions. La dette nette ressort, quant à elle, à 203 millions. Oddo Securities estime néanmoins qu'au-delà de «la bonne surprise du second semestre, le groupe doit encore convaincre sur sa capacité à porter sa MOC jusqu’aux ambitions du management de 8-10%».

Altran précise avoir reçu une offre ferme pour ses filiales au Brésil et la cession pourrait se concrétiser dans les prochaines semaines. Une aubaine compte tenu des difficultés des activités dans ce pays. Elles ont essuyé des pertes opérationnelles de 7,6 millions d'euros en 2010. Par ailleurs, Altran indique avoir mandaté un conseil pour réaliser une revue stratégique d’ADL. «Compte tenu du manque de synergies à développer avec Altran et des pertes récurrentes de cette filiale, nous interprétons cette inflexion stratégique comme une bonne nouvelle» estime Gilbert Dupont.

Les perspectives 2011 restent floues, incluant une MOC cible ambitieuse à deux chiffres à horizon 2012/2013. Oddo Securities juge néanmoins «le consensus de MOC 2011 de 5,6% comme très conservateur». Et d’estimer que «la validation d’une MOC supérieure à 6% en 2011 entraînerait un relèvement des estimations de résultat opérationnel courant 2011 d’au moins 10%».

A lire aussi