Yahoo négocierait sa sortie de la coentreprise avec Softbank au Japon

le 02/03/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

De sources concordantes, le portail internet entend céder une participation dont la valorisation dépasse 8 milliards de dollars

L’affaire pourrait être conclue au cours des toutes prochaines semaines. Reuters et Bloomberg évoquent cette nuit la volonté de Yahoo de quitter le marché japonais. Et pourquoi pas également la Chine, dans un souci de récolter des fonds susceptibles de l’aider à mieux contrer sur d’autres marchés les attaques de Google et de Facebook.

En l’occurrence, Yahoo, conseillé par UBS, aurait engagé des pourparlers avec Softbank concernant le transfert à l’opérateur mobile nippon de la participation de 35% du groupe américain au capital de leur coentreprise cotée Yahoo Japan, créée en 1996 et dont Softbank détient 42%. La part de Yahoo a une valeur boursière de quelque 7,5 milliards de dollars, à laquelle Softbank serait contraint d’ajouter une prime de contrôle. Softbank a toutefois assuré ne pas être en discussions avec Yahoo sur le sujet. Des représentants de Yahoo et de Yahoo Japan ont refusé de s’exprimer.

Ce matin en Bourse de Tokyo, le titre Yahoo Japan était en vive hausse (jusqu’à 11%) dans l’espoir de cette prime attendue de Softbank, dont le titre était en repli (jusqu’à près de 5%) sur des inquiétudes quant au financement de l’opération.

Des raisons fiscales semblent quoi qu’il en soit devoir empêcher une vente pure et simple. Les deux groupes pourraient alors s’accorder sur un échange de titres, par lequel Softbank prendrait possession d’actions Yahoo. Autre solution pour contourner l’impôt, la création d’une action jumelle de Yahoo Japan, option à éviter pour Softbank car elle pèserait sur le cours du titre Yahoo Japan. Raison de plus pour l’opérateur mobile japonais d’offrir une prime à son partenaire d’aujourd’hui.

Un accord au Japon inciterait sans doute la directrice générale de Yahoo, Carol Bartz, à agir en Chine, où le groupe américain détient environ 40% d’Alibaba Group, la maison-mère d’Alibaba.com, aux côtés d’ailleurs notamment de Softbank. Yahoo ne serait pas pour l’heure en discussions pour céder sa participation.

Ces évolutions stratégiques permettraient à Yahoo de disposer de davantage de liquidités dans la guerre avec ses concurrents. Si la sortie d’un marché japonais mature devrait satisfaire les observateurs, celle d’un marché chinois immense et en développement susciteraient davantage d’interrogations. Même si les groupes occidentaux peinent face au cadre réglementaire ou aux concurrents locaux comme Baidu.

A lire aussi