Carrefour dévoile un triplement des charges exceptionnelles liées à ses activités brésiliennes

le 01/12/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le distributeur abaisse à 3 milliards d'euros son objectif de résultat opérationnel avant éléments non courants pour l'exercice en cours

L'audit commandé à KPMG et finalisé la semaine dernière débouche sur une addition bien plus salée que prévu. Les activités brésiliennes de Carrefour, à la dérive au cours des dernières années, vont entraîner des charges exceptionnelles de 550 millions d'euros au titre de 2010. Un quasi-triplement par rapport à la dernière estimation livrée mi-octobre (180 millions d'euros), elle-même déjà relevée par rapport à celle de la fin du premier semestre (80 millions d'euros).

Pierre Bouchut, le directeur financier du groupe, a détaillé ces charges lors d'une conférence téléphonique hier soir : 110 millions d'euros de dépréciations et ajustements de stocks, 280 millions d'euros de provisions supplémenatires pour risques fiscaux et prudhommaux, 35 millions d'euros de ristournes fournisseurs non récupérables, 75 millions d'euros de dépréciations d'actifs corporels et 50 millions d'euros d'autres ajustements comptables.

Carrefour, qui a remplacé le management cet été, entend redresser rapidement la barre. «Ce qui s'est passé au Brésil a clairement été une défaillance», a souligné le directeur général du groupe Lars Olofsson. Des investigations visant à déterminer l’existence de responsabilités éventuelles ont été lancées.

«Afin de ne pas altérer la valeur prédictive du résultat opérationnel et compte tenu du caractère non récurrent et du montant exceptionnel de ces charges, elles seront intégralement comptabilisées en résultat non courant», a précisé Carrefour dans un communiqué.

Pour justifier une révision à la baisse de son objectif annuel de résultat opérationnel avant éléments non courants, le groupe cite l'incidence négative du retraitement de la Thaïlande en «activités abandonnées» pour 50 millions d'euros (à la suite de l'accord passé avec Casino), la sous-performance opérationnelle des hypermarchés brésiliens ainsi qu'un environnement toujours «difficile» en Europe. Au bout du compte, l'objectif est réduit d'environ 130 millions d'euros par rapport à la prévision précédente pour s'établir à 3 milliards d'euros. Démentant des informations parues dans la presse courant octobre, Lars Olofsson a assuré que le déploiement du nouveau concept d'hypermarchés «Carrefour Planet» ne prendrait pas de retard.

A lire aussi