ArcelorMittal jette un froid sur ses perspectives d’activité de fin d'année

le 27/10/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le premier sidérurgiste mondial prévoit un excédent brut d'exploitation (Ebitda) au quatrième trimestre 30 % inférieur aux prévisions des analystes

Douche froide sur les perspectives d’ArcelorMittal. Si le résultat net du premier sidérurgiste mondial a progressé de 48% au troisième trimestre à 1,35 milliard de dollars, les projections sont moins réjouissantes. La baisse des prix et le renchérissement du coût des matières premières ont eu raison des pronostics des analystes pour le quatrième trimestre.

La baisse de 25% de l’excédent brut d’exploitation (Ebitda) du sidérurgiste à 2,27 milliards de dollars au troisième trimestre était largement anticipée par le consensus Reuters et les ventes ont progressé de plus de 30% à 21,04 milliards de dollars. Mais ArcelorMittal a livré des projections d’Ebitda pour le quatrième trimestre en baisse moyenne de 25% par rapport au troisième trimestre et surtout inférieures de près de 30% aux prévisions des analystes, de 1,5 à 1,9 milliard, contre 2,4 milliards anticipé par le consensus Reuters. «La guidance implicite pour l’année 2010 de 8,7 à 9,1 milliards de dollars est nettement inférieure au consensus de 9,8 milliards et nécessitera des ajustements qui devraient fortement pénaliser le titre à court terme» prévient Oddo. L'action a plongé de 4,96% hier.

La fin des plans de relance gouvernementaux dans le secteur de l’automobile pèsent sur la demande. Parallèlement, les prix des minerais de fer ont presque doublé au deuxième trimestre et progressé de plus de 20% au troisième trimestre, alors que le prix de l'acier laminé à chaud, produit de base utilisé dans la construction automobile, a baissé de 8,2% selon Bloomberg. Dans ce contexte, le taux d'utilisation des capacités est tombé à 71%, contre 78% au deuxième trimestre, «ce qui est très faible» estime Aurel BGC pour qui les conditions difficiles «ne suffisent pas à expliquer le fort repli de la marge d'Ebitda». ArcelorMittal prévoit une baisse du prix de l'acier et une hausse de ses coûts de production, ce qui devrait conduire à «une baisse significative des marges» selon Hermann Reith, analyste chez BHF Bank.

La dette nette a progressé de 1,8 milliard par rapport à fin juin à 22,1 milliards de dollars, malgré un fort effet «besoin en fonds de roulement» négatif de 1 milliard. ArcelorMittal, qui dispose de 15 milliards de liquidités, a généré un cash-flow opérationnel de 780 millions et prévoit un ratio de dette nette / Ebitda stable par rapport à fin septembre à 2,4 fois, contre 3,2 fois fin 2009.

A lire aussi