Les pays nordiques et l’Eurasie incitent TeliaSonera à plus d’optimisme

le 26/10/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’opérateur télécoms suédo-finlandais relève son objectif de chiffre d’affaires et de marge brute d’exploitation pour l’exercice 2010

La croissance du segment des données mobiles dans les pays nordiques et le dynamisme des marchés émergents sont à l’origine de la bonne performance de TeliaSonera au troisième trimestre. Si le chiffre d’affaires publié a baissé de 1% à 26,8 milliards de couronnes (2,9 milliards d’euros) à fin septembre, celui-ci «a progressé de 4,3% à périmètre et taux de change constants», précise l’opérateur télécoms.

Le nombre d’abonnés a crû de 4,2 millions (+2,8%) durant le trimestre pour s’élever à 156,6 millions à fin septembre; les activités consolidées ont généré 2 millions de nouveaux abonnés contre 2,2 millions pour les sociétés affiliées (comme Turkcell détenue à 38% ou le russe OAO Megafon contrôlé à 43,8%). «En Suède et en Finlande, le taux de pénétration des ‘smartphones’ atteint désormais respectivement 33% et 20%», relève TeliaSonera. Sur la zone eurasienne qui va de la Russie au Népal en passant par l’Ouzbékistan et la Géorgie, la croissance organique de l’activité en devises locales a été de 17,5%.

La marge brute d’exploitation ajustée des éléments non récurrents a atteint 36,5% contre 36,1% sur la période comparable de 2009, ce qui constitue «le niveau le plus élevé de l’histoire de l’entreprise», souligne le directeur général Lars Nyberg. Conforme aux attentes, le bénéfice net part du groupe a bondi de 19% à près de 6 milliards de couronnes, alors que le cash flow disponible a diminué de 37,4% à 3,9 milliards «en raison d’un taux d’imposition plus élevé en Suède et de moindres dividendes émanant des sociétés affiliées, notamment de Turkcell».

«Nous avons à nouveau relevé notre perspective de chiffre d'affaires net pour l'année, et nous pensons désormais que notre marge brute d'exploitation sera plus élevée en 2010 que l’an dernier», indique Lars Nyberg. Le groupe estime ainsi que sa croissance organique pour l’ensemble de l’exercice sera en ligne avec celle de 3,4% des neuf premiers mois (contre une hausse du chiffre d’affaires de 3% prévue auparavant). L’excédent brut d’exploitation de sa filiale espagnole Yoigo devrait être positif dès ce trimestre. En raison de retards dans le déploiement d’un réseau de fibre optique en Suède, l’opérateur a enfin revu en légère baisse son ratio d’investissements sur chiffre d’affaires pour 2010 (13,5% contre une précédente fourchette comprise entre 14 et 15%).

A lire aussi