SFL devrait annoncer ce matin son entrée au capital de SIIC de Paris

le 21/10/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Société Foncière Lyonnaise apporterait près de 300 millions d'euros d’actifs à SIIC de Paris, qui pourrait de nouveau bénéficier du régime SIIC en 2011

Redistribution des cartes en vue dans les foncières. Si Société Foncière Lyonnaise (SFL) devait officialiser hier soir son entrée au capital de SIIC de Paris, ce n’est que ce matin que seront connues les conditions de l’opération. Pourtant, hier, les groupes immobiliers espagnols Colonial, qui contrôle plus de 53% de SFL, et Realia qui détient plus de 84% de SIIC de Paris, ont confirmé auprès de la CNMV, le régulateur espagnol, que des négociations sont en cours sur l’entrée de SFL au capital de SIIC de Paris.

Selon l’agence Reuters, SFL détiendrait 30% de son concurrent par l’apport d’actifs immobiliers d’une valeur légèrement inférieure à 300 millions d’euros. Fin juin, SFL valorisait son patrimoine immobilier à 3,3 milliards d’euros. Des actifs composés à 77% de bureaux et à 22% de commerces. Pour sa part, SIIC de Paris détient un patrimoine valorisé 1,15 milliard d’euros fin juin 2010, dont 96,7% de bureaux. En Bourse, SFL et SIIC de Paris capitalisent respectivement 1,65 milliard et 529 millions d’euros.

Par cet apport de 300 millions d’euros d’actifs, Realia sera dilué au capital de SIIC de Paris. L’objectif devrait être de calibrer la taille et la valeur de l’apport afin que Realia passe sous le seuil fatidique des 60% du capital de SIIC de Paris. Un détail d'importance! SIIC de Paris pourra ainsi de nouveau postuler au régime SIIC de transparence fiscale dès 2011. Toutefois, l’opération devra être bouclée impérativement avant la fin de l’année pour y prétendre. SIIC de Paris avait perdu les avantages de ce régime cette année et cherche depuis des mois un actionnaire pour en bénéficier de nouveau.

Par ailleurs, les analystes attendaient également que Realia s’allège dans SIIC de Paris, même si certains misaient plutôt sur une cession de titres. La volatilité des marchés actions et une valorisation de bas de cycle des actifs nets réévalués (ANR) en raison des inquiétudes sur la reprise économique ne facilitent pas les transactions, d’autant que les décotes sur ANR sont particulièrement importantes. Au 30 juin 2010, SFL affichait un ANR droits inclus de 42,3 euros par action et SIIC de Paris de 23,16 euros. Des ANR en léger recul par rapport à fin décembre 2009. Les titres cotaient respectivement 35,50 euros et 19,40 euros mardi matin avant leur suspension.

A lire aussi