Réchauffement climatique et frilosité gouvernementale

le 07/01/2010 L'AGEFI Hebdo

 La réticence des Etats à s’engager clairement contre le changement climatique n’est pas seulement illustrée par Copenhague. L’annulation de la taxe carbone à laquelle vient, en France, de procéder le Conseil constitutionnel met elle aussi en lumière des ambitions insuffisantes. Alors que l’Hexagone se voulait précurseur en créant un impôt sur les émissions de carbone, le dispositif a été jugé inégalitaire, notamment parce qu’il exclut les entreprises industrielles soumises au dispositif européen de quotas. De fait, les crédits d’émission leur sont attribués gratuitement jusqu’en 2013 ! La timidité du projet - avec un prix de 17 euros seulement pour une tonne de CO2, la non-prise en compte d’autres gaz à effet de serre… - n’avait d’égale que sa complexité. Le rejet en bloc du dispositif par les Sages pointe du doigt son apparence d’« usine à gaz »…

A lire aussi