Les bonus vont chuter dans la gestion d’actifs et la banque d’investissement

le 08/08/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La baisse des profits va affecter les rémunérations variables en fin d’année, selon une étude de Johnson Associates. Seuls les traders ne seront pas au régime sec.

Trader chez Euronext
Seuls les traders bénéficieront des bonnes performances des activités de marché au premier semestre, dopées par la volatilité.
(Crédit European Union)

L’opulence dans la gestion d’actifs et la banque d’investissement est révolue. Après le pic de 2021, les bonus devraient baisser en fin d’année, estime le consultant américain Johnson Associates, spécialiste des rémunérations du secteur financier, dans un rapport publié jeudi 4 août.

Dans la banque d’investissement, la baisse des profits enregistrée lors des deux trimestres écoulés et la hausse des provisions pour défauts de crédit dans le contexte de la guerre en Ukraine vont peser sur les rémunérations variables. Les bonus devraient baisser de 40 à 45% par rapport à l’an dernier dans les équipes de souscription. Dans le conseil alors que les fusions-acquisitions tournent au ralenti, ils reculeront de 20 à 25%.

Seuls les traders bénéficieront des bonnes performances des activités de marché au premier semestre, dopées par la volatilité. Dans les équipes de trading sur les produits de taux (fixed income), qui ont enregistré de très bons revenus, ils verront leurs bonus augmenter de 15 à 20%, tandis que la rémunération variable des traders actions connaîtra une hausse de 5 à 10%.

25% de moins pour le management

Conséquence de ces performances contrastées dans la banque de financement et d’investissement, le management verra, quant à lui, ses bonus décliner de 20 à 25% tandis que les salariés toucheront 15 à 20% de moins. Ces projections ont été réalisées par Johnson Associates en excluant l’effet potentiel de l’inflation estimée à 8% par le cabinet. Elle « aura un impact significatif sur le niveau de compensation réel », prévient le spécialiste. Les décisions de fin d’année seront « plus compliquées » et « tiendront compte des performances sur deux ans », ajoute-t-il.

Dans la gestion d’actifs traditionnelle, les montants des bonus touchés par les salariés pourraient décliner de 15 à 20% fin 2022 par rapport aux montants observés en 2021. Cette baisse anticipée s’explique selon le consultant par une baisse significative des encours liée au déclin des marchés mais aussi par les sorties nettes constatées sur les stratégies actions actives et la collecte à l’équilibre des stratégies obligataires, multi-actifs et monétaires. Johnson Associates pointe également une accélération des acquisitions sur les actifs alternatifs sur lesquels les gérants traditionnels bâtissent actuellement une stratégie.

Dans le secteur des hedge funds, les montants des bonus des fonds macro et quantitatifs pourraient progresser de 10 à 20% par rapport à 2021 tandis qu’ils diminueraient de 10 à 15% pour les hedge funds portés sur les actions tels que les long/short. Dans le secteur du private equity, hors carry, les bonus versés en 2022 seront identiques ou en baisse de 5% par rapport à 2021 pour les méga-fonds, prévoit Johnson Associates. Les fonds de taille moyenne ou large devraient, eux, voir leurs bonus s’effriter de 5 à 10% en comparaison de 2021. Sur le segment de la gestion des clients très fortunés, la baisse envisagée par le consultant est de l’ordre de 10 à 15% par rapport à 2021.

Alors que les banques et gestionnaires devront composer avec l’inflation, la hausse des coûts et la baisse des bonus, les salaires fixes devraient en profiter. Pour la deuxième année consécutive, une progression de 5% est anticipée par Johnson Associates.

Sur le même sujet

A lire aussi