Henry Kravis, le cofondateur de KKR, investit dans une assurtech française

le 12/01/2022 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Stoïk lève 3,8 millions d’euros pour assurer les PME contre le risque cyber.

Henry Kravis, le cofondateur de KKR, investit dans une assurtech française
La cyberassurtech française Stoïk associe couverture d'assurance et logiciel de sécurité contre les cyberattaques.
(AdobeStock)

C’est un business angel de renom. La cyberassurtech française Stoïk, qui associe couverture d'assurance et logiciel de sécurité contre les cyberattaques, annonce une levée de fonds de 3,8 millions d’euros auprès d’Alven Capital, Anthemis Group, Kima Ventures... et Henry Kravis, fondateur du géant américain de l’investissement KKR. Raphaël Vullierme, fondateur et dirigeant de l’assurtech française Luko, est également de l'aventure.

«Nous sommes heureux d’avoir» Henry Kravis «à nos côtés», commente Jules Veyrat, cofondateur et président directeur général de Stoïk, sans donner plus de détails sur cet investissement.

Après un an de réflexion, la jeune pousse a déposé ses statuts en juin 2021 et commencé à commercialiser son produit en décembre. Elle compte déjà plusieurs dizaines de clients. «Il y a un double enjeu derrière cette levée de fonds. Il s’agit d’abord de pouvoir aller vite pour assurer le plus grand nombre de PME contre le risque croissant de cyber-attaques.. Mais il y a aussi une question de recrutement puisque nous sommes une entreprise de cybersécurité et nous devons garder et attirer les meilleurs talents dans le domaine», explique Jules Veyrat.

Offre complète

Stoïk compte 16 salariés et entend doubler ses effectifs en conservant la moitié de ses équipes sur la partie cyber. «A nos yeux, la faiblesse des autres assureurs est de ne pas avoir ce volet technique qui est notre essence», analyse Jules Veyrat. Avec ses trois autres associés, Alexandre Andreini, Nicolas Sayer et Philippe Mangematin, l'ancien de Philosophie Magazine a développé une solution complète mêlant un nouveau produit d'assurance cybersécurité créé en partenariat avec Acheel, l’assurtech soutenue par Xavier Niel, et un logiciel de sécurité pour surveiller l'infrastructure des entreprises en temps réel.

La jeune pousse, qui propose sa solution pour quelques dizaines d’euros par mois, vise les 140.000 PME en France, dont seuls 5% disposent d’une assurance cyber. A l’image des partenariats proposés par de grands assureurs, elle fait le pari que ces entreprises apprécieront l’expertise cyber en plus de la gestion de crise et l’indemnisation en cas de sinistre, faute de ressources techniques et financières pour pouvoir le faire en interne. D’autres levées de fonds pourraient en suivre en 2022.

Sur le même sujet

A lire aussi