Bruxelles sanctionne cinq banques pour entente sur les changes

le 02/12/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Bruxelles sanctionne cinq banques pour entente sur les changes
(Crédit Fotolia.)

La Commission européenne a annoncé jeudi avoir infligé une amende de 344 millions d'euros à UBS, Barclays, RBS, HSBC et Credit Suisse pour leur participation à une entente dans le domaine des opérations de change au comptant.

UBS a bénéficié d'une immunité totale et a par conséquent évité une amende d'environ 94 millions d'euros pour avoir révélé l'existence des ententes. HSBC a écopé de l'amende la plus élevée : 174,3 millions d'euros. Credit Suisse, Barclays et RBS devront payer respectivement des amendes de 83,3 millions, 54,3 millions et 32,5 millions d'euros.

« Le marché des opérations de change au comptant est l'un des plus grands marchés financiers du monde », a souligné Margrethe Vestager, la commissaire chargée de la politique de la concurrence, ajoutant que le « comportement collusoire des cinq banques a porté atteinte à l'intégrité du secteur financier au détriment de l'économie et des consommateurs européens ».

Sixième enquête sur le secteur financier

L'exécutif européen a expliqué dans son communiqué que l'entente portait sur le négoce des devises de pays du G10. « L'enquête de la Commission a révélé que certains traders chargés des opérations de change au comptant des devises G10, agissant au nom des banques sanctionnées, avaient échangé des informations sensibles et des plans de négociation et coordonnaient de temps à autre leurs stratégies de négociation sur un forum professionnel de discussion en ligne appelé ‘Sterling Lad’ », explique Bruxelles. Les traders pouvaient ainsi « prendre des décisions sur le marché en connaissance de cause quant à l'opportunité de vendre ou d'acheter les devises qu'ils détenaient dans leurs portefeuilles et au moment auquel procéder à de telles opérations ».

« Ces échanges d'informations ont aussi permis occasionnellement aux traders de déterminer des possibilités de coordination, par exemple au moyen d'une pratique dite de 'standing down' en vertu de laquelle certains d'entre eux s'abstenaient temporairement de toute activité pour éviter d'interférer avec un autre trader », ajoute le communiqué de la Commission.

« Nous clôturons aujourd'hui notre sixième enquête menée depuis 2013 sur des ententes dans le secteur financier », a déclaré Margrethe Vestager, citée dans le communiqué. « Nos décisions en matière d’ententes (…) rappellent clairement que la Commission a la volonté ferme de veiller à ce que le secteur financier soit sain et concurrentiel, ce qui est essentiel pour l'investissement et la croissance », a-t-elle ajouté.

Bruxelles avait par exemple mis en cause sept banques avant l'été pour constitution d’un cartel sur les marchés primaire et secondaire des obligations d’Etat européennes entre 2007 et 2011.

Sur le même sujet

A lire aussi