La CDC veut numériser le financement des territoires avec Capveriant

le 14/01/2021 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La Banque des Territoires a pris 28,5% du capital de la filiale de Deutsche Pfandbriefbank.

CDC, la Caisse des Dépôts
La Banque des Territoires, du groupe CDC, a pris une participation de 28,5% dans la fintech Capveriant.
(Crédit Fotolia.)

C’est un des pans de la finance qui n’avait pas encore été submergé par la vague numérique. Hier, la Banque des Territoires, du groupe Caisse des Dépôts (CDC), a annoncé avoir pris une participation de 28,5% dans la fintech Capveriant, une plate-forme d’appel d’offres pour le financement du secteur public local.

La société s’attèle donc à mettre en relation des emprunteurs publics et assimilés, dont les hôpitaux, avec des investisseurs institutionnels et des banques. Avant cette prise de participation, la société était une filiale à 100% de Deutsche Pfandbriefbank (pbb), une banque allemande spécialisée dans le financement de l'immobilier commercial et des investissements publics en Europe et aux États-Unis. La Banque des Territoires et pbb n’ont pas tenu à dévoiler les conditions financières de cette transaction.

En proposant des services digitaux, la fintech veut faciliter et optimiser le financement des collectivités locales. Elle leur permet d’élargir la palette de leurs financeurs en passant par une plateforme où elles peuvent consulter en toute transparence les différentes offres de financement. «Les collectivités locales travaillent principalement avec les banquiers qu’elles connaissent», a déclaré Olivier Sichel, directeur de la Banque des Territoires lors d’une conférence de presse. «Passer par une plate-forme simplifiera leurs process et rendra leur financement plus efficient», a-t-il assuré. Du côté des investisseurs, cette plate-forme peut leur permettre une meilleure allocation de leurs actifs, y compris à l’international.  

Partenaire actif

La Banque des Territoires ne compte pas rester un investisseur dormant. Capveriant répond d’ailleurs à une des missions de la banque française, à savoir «accélérer la digitalisation des acteurs publics locaux». «La transition numérique de tous les acteurs de notre économie est toujours un enjeu majeur pour la France», souligne Olivier Sichel. De son côté Deutsche Pfandbriefbank pourra s’appuyer sur la notoriété de son nouvel actionnaire dans les territoires français, pour se développer sur un nouveau marché. Son implantation pourra être d’autant plus profonde que le caractère numérique de son offre lui permet de la proposer aux collectivités de toute taille, y compris les plus petites.

Sur le même sujet

A lire aussi