Le pôle M&A de Rothschild & Co poursuit sur sa lancée

le 26/09/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’activité de conseil en fusions-acquisitions a enregistré une hausse de 33% de ses revenus au premier semestre qui a gonflé le profit de l’ex-Paris Orléans.

Bureaux de Rothschild & Co, avenue de Messine à Paris.
Bureaux de Rothschild & Co, avenue de Messine à Paris.
(Bloomberg.)

Le ralentissement du marché mondial des fusions-acquisitions n’a pas de prise sur Rothschild & Co. Grâce à une activité soutenue au Royaume-Uni et en Europe continentale, l’ex-Paris Orléans a enregistré au premier semestre 2018 une croissance de 33% de ses revenus, à 490 millions d’euros. Le groupe, dont le résultat net a progressé de 66% à 161 millions d’euros sur le semestre, a également enregistré une très bonne dynamique dans son métier de capital-investissement et dette privée.

«Nous avons l’habitude d’être prudents car le cycle du marché du M&A s’est inversé depuis 2015 et le marché demeure très volatil. Les deals annoncés sont en forte hausse mais beaucoup ne se font pas et le nombre de transactions 'closées' a baissé de 15% au niveau mondial au premier semestre», rappelle Olivier Pécoux, managing partner de Rothschild & Co et président des activités de conseil du groupe au niveau mondial. «Dans des marchés porteurs, dans un contexte de faible taux d’intérêt, le niveau d’activité M&A demeure cependant élevé, dont nous tirons parti en nous classant au quatrième rang mondial.»

Derrière Goldman Sachs, JPMorgan et Morgan Stanley en termes de revenus, Rothschild & Co est en revanche en première position en termes de nombres d’opérations. Le groupe est notamment intervenu dans l’acquisition de Westfield par Unibail-Rodamco, finalisée ce semestre, ainsi que dans celles de Monsanto par Bayer et Zodiac Aerospace par Safran. Du côté des opérations annoncées, Rothschild & Co est notamment conseil dans l’acquisition de Costa Coffee par Coca-Cola, dans la scission entre Prudential et M&G Prudential ainsi que dans la fusion de Alstom avec Siemens Mobility.

Si des effets de cut off ont accentué le repli des revenus de conseil en financement à -21% par rapport au record enregistré au premier semestre 2017, 2018 devrait être un bon millésime pour le groupe bancaire dans le conseil financier au sens large. Le pipeline indique en effet un niveau d’activité de l’ordre de 1,2 milliard d’euros.

Sur le pôle de capital-investissement et dette privée, Rothschild & Co a par ailleurs enregistré une hausse de 57% de ses revenus, à 105 millions d’euros, qui traduit notamment une forte hausse de 73% des plus-values réalisées et latentes. Le fonds FAPI 1 a en particulier bouclé la vente de Datix, le spécialiste de la sécurité des patients, en multipliant sa mise par 4,5. Plusieurs sorties programmées au second semestre gonfleront de nouveau le carried interest, qui a doublé à 24 millions d’euros au premier semestre.

Sur le même sujet

A lire aussi