Prudential engrange les profits de sa stratégie asiatique

le 12/08/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le résultat opérationnel de l’assureur britannique a grimpé de 17% au premier semestre, grâce notamment au dynamisme du marché hongkongais.

Mike Wells peut être satisfait. Pour ses premiers résultats en tant que directeur général de Prudential, le successeur de Tidjane Thiam a présenté aux investisseurs une solide performance semestrielle, marquée par une hausse de 17% du résultat opérationnel avant impôts, à 1,88 milliard de livres (2,65 milliards d’euros). «Nous saisissons les opportunités qui se présentent sur les marchés en croissance d’Asie, tout en bénéficiant de nos positions au Royaume-Uni et aux Etats-Unis», s’est-il félicité.

A son arrivée en 2009, son prédécesseur avait fait de l’Asie l’une des priorités de l’assureur britannique. L’objectif ambitieux de doubler la valeur des affaires nouvelles des activités asiatiques ainsi que leur profit opérationnel à l’horizon 2013, à 930 millions de livres, avait été dépassé avec un an d’avance. Il y a deux ans, le groupe avait annoncé une nouvelle cible de 1,85 milliard de profit d’ici à 2017, soit un taux de croissance annuel composé de 15%.

Au premier semestre, ce rythme a encore été atteint, avec une hausse du profit de 17%, à 632 millions de livres. Symbole du dynamisme de la zone, les affaires nouvelles en assurance vie ont grimpé de 31%, à 1,36 milliard de livres, soit la moitié du montant global au niveau du groupe. Quasi généralisée à l’exception de la Thaïlande, la croissance des affaires nouvelles a notamment enregistré un bond de 84% à Hong-Kong, grâce au succès des produits de participation en dollars.

Outre les produits d’assurance-vie, le groupe a également bénéficié des bons résultats de sa division asiatique de gestion d’actifs, Eastspring Investments, dont le profit opérationnel a grimpé de 35%, à 58 millions de livres. Particulièrement prometteuse, en raison de l’essor des besoins en placement des classes moyennes, cette dernière a en effet enregistré une collecte nette en provenance de tiers de 4,6 milliards de livres, soit 79% de plus que les entrées constatées mi-2014.

Aux Etats-Unis, où Prudential génère encore près de 40% de son profit opérationnel, le groupe a en revanche rencontré des vents contraires sur le marché des «annuités variables», où les affaires nouvelles ont baissé de 8%. Le profit a cependant augmenté de 13% grâce aux frais générés par la hausse de 11% des supports en unités de compte, à 85,9 milliards de livres.

A lire aussi