Le Crédit Mutuel-CIC pourrait renforcer son édifice espagnol

le 13/07/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Selon la presse ibérique, la banque mutualiste souhaiterait acquérir la participation de Banco Popular dans leur filiale commune Targobank.

Le Crédit Mutuel-CIC pourrait renforcer son édifice espagnol

Le Crédit Mutuel-CIC pourrait renforcer sa position en Espagne, maintenant que le pays donne des signes de reprise, fussent-ils modestes. Selon Expansión, l’établissement mutualiste français pourrait acquérir tout ou partie de la participation de son partenaire local Banco Popular dans leur société commune Targobank, contrôlée pour l’instant à parité. Selon le quotidien espagnol, le français pourrait prendre entre 20% et la totalité de la participation qu’il ne détient pas.

Si les protagonistes ne commentent pas, l’idée n’est pas saugrenue. En effet, l’accord signé en 2010 entre le CM-CIC et Banco Popular (par lequel le premier prenait en outre 5% du second, passés depuis à 4,4%) stipule que le français peut acquérir une participation supplémentaire de 20% dans Targobank. Une acquisition est d’autant plus crédible que, selon Expansión, la filiale est en train de migrer sur le système d’information du Crédit Mutuel, pierre angulaire de la stratégie de développement du mutualiste. Le processus devrait s’achever à la fin de l’année. Les sources du journal ajoutent que l’option ne peut de toute façon être exercée avant 2016. La modification du pourcentage fixé par l’option serait l’un des sujets de la négociation.

L’intérêt pour le CM-CIC est de pouvoir consolider les résultats de Targobank dans ses comptes. Il faut dire que la société commune se porte bien, alors que le secteur bancaire espagnol a traversé une crise profonde. Selon les derniers chiffres de l’Association bancaire espagnole (AEB), les actifs de Targobank sont passés de 2 à 2,4 milliards d’euros, les dépôts de clientèle de 1,7 à 1,82 milliard et le nombre de ses agences de 123 à 129. L’entité a affiché un bénéfice net de 16 millions en 2014. Sa faible exposition à l’immobilier lui a permis d’enregistrer cinq années de bénéfices et d’afficher un taux de créances douteuses largement inférieur à la moyenne du pays.

Le prix auquel le CM-CIC monterait au capital de Targobank est un autre sujet. Il avait investi 312 millions d’euros en 2010. L’opération pourrait être intéressante pour Banco Popular, qui a inscrit à son bilan une valeur comptable de 1,29 milliard d’euros pour 100% de Targobank. «Etant donné que Popular a valorisé sa participation en capital à 319 millions en 2014, la vente pourrait générer une plus-value comprise entre 50 et 100 millions, en tenant compte d’un multiple de prix situé entre 1 et 1,5 fois la valeur comptable», calcule Javier Bernat, analyste de Beka Finance.

A lire aussi