Les banques espagnoles profitent du redressement économique

le 03/08/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le retour à la croissance en Espagne et la baisse du coût du risque permettent aux prêteurs locaux d'augmenter leurs bénéfices à fin juin.

La tendance des bénéfices des banques espagnoles est à la hausse. BBVA, Caixabank et Banco Popular ont présenté vendredi des résultats trimestriels en nette progression. Une augmentation de 73% pour BBVA avec 1,223 milliard d’euros au deuxième trimestre, +117,6% pour Caixabank à 333 millions  et +8% pour le numéro six espagnol, Banco Popular, à  97 millions.

«La forte augmentation des revenus et des bénéfices confirment les tendances du trimestre précédent», se félicite Carlos Torres Villa, le directeur général du numéro deux espagnol, BBVA. «En Espagne, nous voyons comment les perspectives macroéconomiques favorables commencent à se traduire par de meilleurs résultats», renchérit-il. Grâce à son activité bancaire dans la péninsule, le groupe a ainsi dégagé 809 millions d’euros mais c’est à l’étranger qu'il se taille la part du lion : il a notamment dégagé au Mexique un bénéfice de 1,04 milliard d’euros. Autre impact positif pour les comptes du géant espagnol : la cession de sa participation dans le chinois Citic et l’intégration de Catalunya Banc ont généré une plus-value de 144 millions d’euros.

Nuria Alvarez, analyste chez Renta 4, souligne que le bénéfice de BBVA se situe cependant  «17% en dessous du consensus des analystes, probablement en conséquence de provisions beaucoup plus importantes que prévu».

Pourtant, c’est bien la baisse générale des provisions des banques qui ont eu un impact positif sur leurs bilans. «Il n’y a pas encore de quoi faire couler le champagne», relève Jaime Diez, analyste chez XTB. A la bourse de Madrid, la présentation des résultats des banques espagnoles a été accueillie plutôt froidement. Pour Jaime Diez, il reste du chemin à faire pour «améliorer les marges et réduire les taux de créances douteuses». Malgré les efforts réalisés, les créances douteuses restent importantes dans les bilans des banques : 9% pour Caixabank (contre 9,7% en mars dernier), 6,4% pour BBVA (contre 5,6% en mars dernier et 6,1% l’an dernier à la même époque). Et si Banco Popular réussit à contenir le taux de créances douteuses de 8 points de base, leur taux reste relativement élevé avec 13,24%.

Mais considérés sur le semestre, les bénéfices des six plus importantes banques espagnoles (Santander, BBVA, Caixabank, Banco Popular et Bankia) ont grimpé de 48,2% à 7,9 milliards d’euros et ceci non seulement grâce à la baisse des provisions mais aussi à l’amélioration du climat des affaires.

A lire aussi