Les Caisses d’Epargne testent un nouvel espace

le 08/04/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La nouvelle agence Caisse d’Epargne Metz-Pompidou expérimente des innovations technologiques au service de la distribution bancaire de demain.

Inaugurée il y a un mois, l’agence Metz-Pompidou (57) est l’une des agences pilotes du réseau Caisse d’Epargne avec celles de Lille, Lyon et Strasbourg. Elle doit permettre d’expérimenter l’agence bancaire du futur, à l’heure où les grands réseaux cherchent l’équation gagnante pour faire évoluer leur modèle de distribution, entre désertion relative des points de vente et montée en puissance du digital.

L’agence Metz-Pompidou est située à l’extrémité du nouveau siège de la Caisse d’Epargne Lorraine-Champagne-Ardenne, La Halle, créé en 2010 et investi par la caisse régionale en 2013, à deux pas de la gare et du Centre Pompidou-Metz, dans un quartier en devenir où Banque Populaire et Crédit Agricole ont également placé des pions. Cette agence pilote propose à ses 5.000 clients, transférés de son ancienne localisation, des technologies dernier cri comme la table surface tactile Microsoft PPI, destinées à rendre le client autonome et à dégager du temps pour le conseil à valeur ajoutée lors des rendez-vous plus rares, mais plus longs, avec les conseillers dans des espaces dédiés.

Le parc de la Caisse d’Epargne, 4.200 agences en France aujourd’hui, a diminué de 5% en quelques années et devrait rester relativement stable, même si le nombre de rendez-vous de visu a baissé de 10% entre 2010 et 2014, passant de 13,5 à 12 millions. Dans le même temps, les contacts par internet fixe ont commencé à diminuer. La banque enregistrait en revanche 430 millions de contacts par smartphone et 22 millions d’échanges par e-mail en 2014. Si seuls 700.000 des 26 millions de clients des Caisses d’Epargne réalisent toutes leurs opérations à distance, la vente à distance progresse. 600.000 contrats ont été signés par ce biais en 2014, sur 8 ou 9 millions de transactions.

L’objectif des agences pilotes comme celle de Metz n’est pas de déployer dans tout le réseau les innovations testées, mais plutôt de faire évoluer à terme les agences vers davantage d’accompagnement humain, parfois enrichi d’outils technologiques. La Caisse d’Epargne ne prévoit pas de grand programme de rénovation uniforme de ses agences, mais une évolution différenciée avec des formats plus légers et moins coûteux, parfois même sans service de caisse et ouvertes à temps partiel.

A lire aussi