Apple et Visa Europe avancent chacun leurs pions dans le paiement mobile

le 25/02/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Google s’associe aux grands opérateurs mobiles américains pour contrer Apple Pay. Visa Europe lance un système de sécurité compatible avec Apple.

Déjà déclarée, la guerre s’intensifie dans le monde en construction du paiement mobile où les différents acteurs cherchent à placer ou renforcer leurs positions. Google a annoncé lundi s’être associé aux trois principaux opérateurs mobiles américains, AT&T Mobility, T-Mobile USA et Verizon Wireless, pour pré-installer dans le courant de l’année son application de paiement électronique Google Wallet dans leurs smartphones Android récents (version Kitkat et postérieurs) vendus aux Etats-Unis.

Le géant de l'internet a également acquis une partie des technologies et brevets de Softward, une application développée il y a plusieurs années par ces opérateurs qui était concurrente de son «wallet» créé en 2011.

AT&T, T-Mobile, Verizon et Google se sont associés pour contrer la concurrence d’Apple, qui a incorporé son application de paiement mobile, Apple Pay, dans sa nouvelle gamme de smartphones, l’iPhone 6, dès octobre dernier. Ce smartphone intègre la technologie sans contact NFC (near field communication) également présente dans les téléphones Android dotés du Google Wallet.

Si le paiement mobile est peu développé aux Etats-Unis, où nombre de commerçants et d’enseignes ne comptent pas détenir le terminal de paiement (TPE) adapté, Apple Pay a toutefois rapidement trouvé sa place dans ce jeune marché. Chez Mc Donalds, la moitié des paiements sans contact étaient déjà réalisés via Apple Pay en novembre 2014, de même que 1% des paiements de la chaîne de supermarchés bio Whole Foods Market.

De ce côté de l’Atlantique, Visa Europe a annoncé mardi depuis Londres le lancement mi-avril d’un nouveau système de sécurité, un service de «tokenisation» (ou «jetons») qui sécurise les transmissions de données lors d’un paiement sans contact en remplaçant le numéro de compte par un alias. Alors que Visa travaillerait avec Apple et ses partenaires bancaires (l’association regroupe 3.700 banques au total dans 47 pays) sur le déploiement d’Apple Pay en Europe, ce nouveau service pourrait préparer le terrain à la firme à la pomme sur le Vieux Continent dans les prochains mois. Apple Pay fonctionne en effet également avec des terminaux sécurisés par l’usage de la «tokenisation».

Visa Inc., partenaire de Visa Europe qui est devenue autonome en 2004, avait lancé son système de tokenisation aux Etats-Unis en septembre dernier.

A lire aussi