Raiffeisen tente une cure d'amaigrissement

le 10/02/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La banque autrichienne, fortement exposée à la Russie et à l'Ukraine, veut réduire ses actifs pondérés de 16 milliards d'euros sous trois ans.

Alors que l’action et les obligations de Raiffeisen Bank International (RBI) s’étaient fortement dépréciées depuis le début de l’année, l’établissement autrichien se devait de rassurer les investisseurs. Les créanciers subordonnés sont particulièrement inquiets en cas de problème majeur à la lumière de l’attitude de l’Etat autrichien lors de la liquidation de Hypo Alpe-Adria en juin dernier.

Fortement exposée à l’Europe centrale et orientale et à l’envolée du franc suisse, RBI avait déjà fait un premier pas fin janvier concernant la santé de ses activités en Russie et en annonçant son intention de réduire les actifs pondérés (RWA) de 20% – décision qui avait d’ailleurs provoqué un semblant de rallye sur le marché.

A l’occasion de la publication de ses comptes annuels hier soir, RBI, qui affiche une perte de 493 millions d’euros en 2014 (contre un bénéfice de 557 millions en 2013), a donné des gages supplémentaires. Elle a par exemple l’intention de céder ses filiales polonaise et slovène, ainsi que sa filiale de banque directe internationale Zuno.

Elle réduira en outre la voilure dans ses autres activités à l’étranger. L’objectif de réduction de 20% des RWA en Russie est maintenu, par rapport à un montant de 8,4 milliards d’euros fin 2014. En outre, RBI a déprécié de 148 millions d’euros ses survaleurs en Russie, sur un montant total de dépréciations de 306 millions (dont 99 millions en Pologne). Les actifs pondérés seront réduits de 30% en Ukraine (par rapport à une base de 3 milliards d’euros fin 2014). En Hongrie, «l’optimisation va se poursuivre».

Si l’Europe centrale et orientale paie un lourd tribut à la restructuration de la banque, elle restera malgré tout le cœur de son activité. «Afin d’accroître la priorité accordée à [cette région], nous réduirons fortement nos activités en Asie d’ici à la fin de l’année 2017 et aux Etats-Unis d’ici à la fin de l’année 2016», indique la banque dans son communiqué.

Au total, les RWA devront être réduits de 16 milliards d’euros au cours des trois prochains exercices, par rapport à un montant au 31 décembre 2014 de 68,7 milliards. RBI précise qu’elle a déjà diminué ses actifs pondérés de 10 milliards au quatrième trimestre 2014. L’ampleur de la réduction de périmètre doit lui permettre d’atteindre un ratio de fonds propres sous Bâle 3 common equity tier one (CET1) de 12% fin 2017, contre 10% à la fin de l’année dernière.

RBI communiquera ses prévisions le 25 mars dans son rapport annuel.

A lire aussi