Credit Suisse remanie la gouvernance de sa BFI

le 20/10/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'activité est désormais pilotée par trois co-responsables. Deux d'entre eux intègrent le directoire qui passe à dix membres

La banque de financement et d’investissement (BFI) prend du poids au sein du directoire de Credit Suisse. Ses deux nouveaux co-dirigeants Jim Amine et Tim O’Hara, aux côtés de Gaël de Boissard, intègrent l’organe de gouvernance qui passe de neuf à dix membres. Eric Varvel quitte en revanche le directoire et le poste de co-responsable de la BFI pour prendre la présidence des régions Asie-Pacifique et Moyen-Orient. Helman Sitohang assurera la direction générale de la région Asie-Pacifique.

«Si vous comptez Brady Dougan (directeur général, ndlr) comme faisant partie du camp des banquiers d’investissement, alors la division a multiplié par deux son poids au directoire comparé aux autres activités», a souligné Andreas Venditti, analyste de Vontobel cité par Bloomberg. Les autres membres du directoire comprennent le directeur juridique Romeo Cerutti, le directeur financier David Mathers, les co-responsables de la banque privée Hans-Ulrich Meister et Robert Shafir, le directeur des risques Joachim Oechslin, ainsi que la directrice du marketing Pamela Thomas-Graham. Les trois co-responsables de la BFI conservent leurs portefeuilles respectifs : la banque d’investissement (conseil en M&A…) à Jim Amine, les actions à Tim O’Hara et le «fixed income» à Gaël de Boissard, en plus de la direction des régions Europe, Moyen-Orient et Afrique.

«Je suis convaincu que l’association de Jim Amine, de Tim O’Hara et de Gaël de Boissard instaurera les conditions de collaboration optimales pour faire progresser nos affaires», a commenté Urs Rohner, président du conseil d’administration du Credit Suisse à propos de ce trio. Sous la pression des évolutions réglementaires, Brady Dougan a orchestré une réduction de la voilure dans la BFI.

Le groupe a engagé récemment une restructuration de ses activités macro incluant le retrait du trading de matières premières «afin de réallouer des ressources à des activités plus rentables». Au deuxième trimestre, il avait mis en avant «la très bonne performance de certaines activités liées aux titres à revenu fixe et des affaires d’émission». Credit Suisse présentera ses résultats du troisième trimestre ce jeudi. David Mathers a fait part le mois dernier d’une hausse des revenus de la BFI sur juillet et août.

A lire aussi