Mapfre tire parti du recentrage de Direct Line sur le Royaume-Uni

le 26/09/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’assureur espagnol met la main pour 550 millions d’euros sur les activités italiennes et allemandes de son homologue britannique

Une opération très européenne. Hier, l’assureur espagnol Mapfre et son homologue britannique Direct Line ont dévoilé le rachat pour 550 millions d’euros par le premier des activités du second en Allemagne et en Italie, qui constituent la totalité du réseau d’assurance automobile du vendeur sur le Vieux Continent.

Direct Line a assuré que cette cession mettait un point final à la revue stratégique de ses actifs. L’assureur avait reconnu le mois dernier envisager cette opération. L’activité de l’assureur, introduit en Bourse il y a deux ans par Royal Bank of Scotland, qui a depuis cédé la quasi-totalité de sa participation, se résumera désormais à l’assurance non-vie outre-Manche. Le groupe a souligné qu’au regard d’une solide situation financière, il versera à ses actionnaires (au premier rang desquels Schroders et BlackRock avec 6,7 et 5,1% du capital) la «quasi-totalité» du produit de la vente annoncée hier.

Mapfre de son côté lance un nouveau signal de l’appétit de croissance retrouvé des groupes espagnols. Son PDG Antonio Huertas, se targuant d’avoir coiffé sur le poteau pas moins de onze autres prétendants (dont Allianz et Axa selon des sources industrielles citées par Reuters), n’a d’ailleurs pas exclu hier d’autres opérations de croissance externe, en Europe comme aux Etats-Unis (où Mapfre a acquis Commerce Group en 2008), au Mexique ou en Asie (où le groupe est présent aux Philippines et en Indonésie). Pour l’heure, Mapfre se félicite de pouvoir engranger grâce à cet «investissement clé» 1,6 million de clients et 714 millions d’euros de primes supplémentaires. Antonio Huertas, qui a exclu tout impact négatif de l’opération sur l’emploi, table sur un impact positif immédiat sur les comptes du groupe, et voisin de 30 millions cette année.

Si le prix de la transaction, représentant 1,9 fois l’actif net à fin 2013, apparaît supérieur aux attentes, Mapfre a stratégiquement de quoi rentabiliser sa mise. Kepler Cheuvreux, qui juge l’acquisition «clairement très chère», souligne que l’assureur espagnol y gagne un ticket d’entrée sur deux marchés prometteurs de l’assurance automobile directe (Direct Line y est numéro 1 en Italie avec 28% du marché, numéro 3 en Allemagne avec 13%). Le courtier ajoute que Mapfre pourra faire bon usage de la plate-forme technologique de ses cibles pour renforcer la sienne en Espagne.

A lire aussi