Lloyds Banking Group poursuit son retrait du capital de TSB

le 26/09/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Quelques mois après l'IPO de TSB, son principal actionnaire a cédé 11,5% supplémentaires et ramène sa participation à 50%

Le calendrier évoqué en juin dernier lors de l'introduction en Bourse de TSB, à hauteur de 38,5% du capital, s'est vérifié. Son principal actionnaire Lloyds Banking Group a engagé la cession de 11,5% supplémentaires, ramenant en conséquence sa participation à 50%.

La banque, détenue encore à 25% par le contribuable britannique, a précisé que ce placement portait sur 57,5 millions d'actions, d'une valeur de 161 millions de livres (125 millions d'euros) au derniers cours de clôture (280 pence). Les produits de l'opération seront affectés «aux besoins généraux de l'entreprise», a indiqué l'établissement dans un communiqué.

Selon Reuters, le prix du placement, qui devait être arrêté d'ici ce matin, se situerait entre ce niveau et celui de l'IPO (260 pence). Toujours selon l'agence de presse, le livre d'ordres a été couvert en l'espace d'une heure auprès d'investisseurs institutionnels. Avec ce nouveau placement piloté par UBS, Lloyds Banking Group suit son plan de marche afin de respecter l'obligation faite par la Commission européenne de sortir totalement de TSB d'ici à la fin 2015. Une contrepartie à l'aide publique de 20,5 milliards de livres accordée pendant la crise financière. La cession de la moitié du capital restant entre ses mains pourrait se faire en deux étapes. Aucune opération ne pourra en revanche intervenir dans les 90 jours suivant ce placement.

Après TSB et OneSavings, deux autres établissements bancaires devraient rejoindre la Bourse cette année. Il s'agit d'Aldermore en octobre puis de Virgin Money avant la fin de l'année. Tous les deux ambitionnent de tailler des croupières aux «Big Four» britanniques : Lloyds, Royal Bank of Scotland, Barclays et HSBC. Détenu partiellement par AnaCap Financial Partners, Aldermore vise une valorisation jusqu'à 900 millions de livres. Le prêteur se concentre sur le crédit aux petites et moyennes entreprises ainsi qu'aux propriétaires immobiliers.

«Nous levons plus de capitaux afin de mettre davantage d'essence dans le réservoir», a commenté récemment le PDG d'Aldermore, Phillip Monks. Credit Suisse et Deutsche Bank dirigent l'opération, tandis que Nomura et Numis sont co-chefs de file. Lazard intervient de son côté en tant que banque conseil.

A lire aussi