L'impact des «cat nat» est resté mesuré au 1er semestre

le 17/09/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le marché mondial de la réassurance a connu une sinistralité clémente sur le front des catastrophes naturelles au premier semestre. Le coût assuré des principaux événements a atteint 17 milliards de dollars contre 25 milliards en moyenne sur les dix dernières années. Une tendance déjà observée en 2013. Dans ces conditions, le marché a crû, se concentrant encore davantage et renforçant ses fonds propres. A 240 milliards de dollars, le volume de primes nettes souscrites a progressé de 5,7% l’an dernier. Une croissance qui s’explique par les hausses tarifaires de certaines couvertures «catastrophes naturelles». Dans un marché très concurrentiel, le ratio combiné moyen en non-vie devrait remonter autour de 94% à 96%, contre 89% estimés pour 2013. Marqué par un afflux de capitaux alternatifs, le marché connaît une tension sur les prix mais «le phénomène de baisse des tarifs est surestimé», a commenté Claude Tendil, président de Generali France et président de l’Association des Rendez-vous de septembre.

A lire aussi