Axa confirme son nouvel axe en Europe centrale avec une petite acquisition en Pologne

le 15/09/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe français mise sur l’assurance dommages en direct en rachetant la captive de la banque polonaise mBank

La Pologne a le vent en poupe. Alors que Crédit Agricole Assurances y a demandé un agrément en dommages cette année, Axa choisit la croissance externe. L’assureur a annoncé vendredi l’acquisition de BRE Assurance, filiale dommages de la banque polonaise mBank, elle-même filiale de Commerzbank.

Le groupe français conclut aussi un accord exclusif de dix ans en dommages et prévoyance pour écouler ses produits dans les 250 agences et via les canaux directs (internet et mobile) de mBank, pionnier des services en ligne et quatrième réseau local avec 4 millions de clients.

Axa va débourser 570 millions de zlotys (136 millions d’euros), un prix sujet à ajustement à la conclusion de l’opération, prévue au premier semestre 2015, et complété par un paiement additionnel pouvant atteindre 31 millions de zlotys. «Egal à 13 fois le résultat 2013 hors exceptionnels, ce prix semble raisonnable, juge un analyste parisien, mais nous avons peu d’éléments financiers sur BRE Assurance». Les primes de la captive de mBank (auto, habitation et assurance emprunteur) ont crû de 15% par an depuis 2010 pour atteindre 46 millions d’euros en 2013. Elles devraient permettre à Axa Direct Pologne (72 millions d’euros de primes) de monter à... 2% de parts de marché.

«Nous ne sommes pas aussi importants que nous le souhaiterions en Pologne et Axa continuera à être à l'écoute du marché et à étudier toute possibilité (d'acquisition)», a déclaré à Reuters Stéphane Guinet, directeur général d'Axa Global Direct. «Le groupe se renforce dans le secteur des dommages, moins sensible aux évolutions réglementaires», pointe le même analyste. Axa a en effet pâti de la réforme des fonds de pension polonais qui impose depuis février le transfert de 51,3% des avoirs à un organisme public et abolit le caractère obligatoire du régime. Ce phénomène et une politique similaire en République Tchèque ont entraîné l’an dernier une baisse de 20% de ses affaires nouvelles en vie, épargne et retraite en Europe centrale et orientale. Axa s’est aussi résolu à céder ses activités vie en Roumanie et en Hongrie et à arrêter la banque en République Tchèque et Slovaquie.

Derrière la Russie, la Pologne est le deuxième marché de la région avec 19 milliards de dollars de primes vie et dommages en 2012, selon AM Best. Elle pèse seulement 8% du marché français, mais ses perspectives de croissance ont déjà attiré Generali, Aviva ou les allemands Talanx et Allianz, tous bien positionnés dans le pays.

A lire aussi