Sabadell et Bankinter publient des résultats de bon augure pour les banques espagnoles

le 25/07/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Leur taux de créances douteuses a reflué au deuxième trimestre, suivant la tendance amorcée par le secteur bancaire espagnol fin 2013

Après le net redressement de leurs comptes en 2013, Banco Sabadell et Bankinter continuent sur leur lancée. Les deux petites banques espagnoles ont annoncé hier des résultats en forte hausse au deuxième trimestre, de bon augure à quelques jours de la publication des géants nationaux Santander et BBVA. Le bénéfice net trimestriel de Sabadell, la cinquième banque cotée du marché espagnol, augmente de 20% sur un an, à 87 millions d’euros. Septième acteur local, Bankinter bondit de 43%, à 74 millions d’euros, effaçant la légère déception des analystes au premier trimestre.

Après avoir baissé au cours de l’exercice 2013, le produit net bancaire de Sabadell croît de 18% au premier semestre, à 2,6 milliards d’euros. Chez Bankinter, il progresse à un rythme plus soutenu, à près de 10%, et atteint 722 millions d’euros. Toutes deux voient leurs marges d’intérêt se redresser, grâce à la baisse du coût de leurs ressources. Comme leurs concurrentes, elles essaient de profiter du frémissement de l’économie espagnole. Elles courtisent notamment les PME pour compenser le faible rendement des prêts immobiliers accumulés durant la bulle du BTP, avant l’éclatement de la crise financière.

Cet héritage pèse désormais moins lourd sur les comptes. Chez Bankinter, «la qualité des actifs se stabilise, avec un taux de prêts non performants de 4,96%, et reste bien meilleure que celle du secteur (13,39%)», pointe un analyste crédit. Chez Sabadell, ce ratio «poursuit sa baisse, à 13,35%, soit 22 points de base de moins qu’à fin mars, qui marquait le premier trimestre de reflux des prêts non performants après un pic atteint à fin 2013 (13,63%)», poursuit l’analyste. Des écarts importants subsistent entre les clientèles: le taux d’encours douteux atteint encore 62,2% pour les prêts aux promoteurs et à la construction octroyés par Sabadell.

Cette dernière a aussi augmenté ses provisions pour risques de crédit de 32%, à 1,4 milliard d’euros, au deuxième trimestre. La décision n’est sans doute pas anodine, alors que de nombreux établissements d’Europe du Sud ont nettoyé leur bilan ces derniers mois, en prévision de la revue de la qualité des actifs menée par la Banque centrale européenne. Sabadell et Bankinter ne semblent pas les plus menacées, leur ratio de fonds propres durs atteignant respectivement 11,4% et 12,15% à fin juin.

A lire aussi