Allianz justifie sa gestion du dossier Pimco face à ses actionnaires

le 09/05/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Chahuté en assemblée générale, Michael Diekmann, le président de la compagnie, s'est dit satisfait de la gouvernance de sa filiale de gestion d'actifs

Pimco se rappelle de plus en plus au bon souvenir d’Allianz. Devant l'assemblée générale de l’assureur, son président du directoire, Michael Diekmann a été chahuté sur la manière dont le groupe supervise son gérant américain. Jusqu’à présent très autonome et loin des yeux de Munich, la filiale a fait parler d’elle ces derniers mois en raison de performances de gestion décevantes, de sorties de capitaux de 55 milliards de dollars en un an pour son fonds phare, le Pimco Total Return Fund, et surtout du départ très médiatisé de son directeur général, Mohamed El-Erian, en froid avec le cofondateur Bill Gross.

La gouvernance de la société de gestion concentre l’attention. «L'image de Pimco se lézarde, entraînant avec elle le cours de l'action Allianz», a pesté lors de l'AG Ingo Speich, gérant de portefeuille d'Union Investment, dixième actionnaire d'Allianz selon les données Thomson Reuters. «Qu'allez-vous faire pour qu'enfin Pimco ne fasse plus les gros titres pour de mauvaises raisons ? Allez-vous vous impliquer davantage à Newport Beach?», le siège californien de la filiale, a-t-il demandé à Michael Diekmann. La porte-parole de DSW, l’association allemande des actionnaires privés, a pour sa part regretté le bruit autour du départ de Mohamed El-Erian et le manque de réactivité d’Allianz.

Michael Diekmann a préféré mettre en avant les performances à long terme de Pimco et la récente création d’une équipe de six directeurs adjoints des investissements chargée d'épauler Bill Gross. «Les responsabilités au sein de Pimco ont été redistribuées et clairement organisées», a plaidé le dirigeant.

Allianz, qui a publié mercredi un résultat opérationnel de 2,72 milliards d’euros au premier trimestre, a vu la contribution de sa filiale américaine pratiquement quadrupler en dix ans pour atteindre 3,2 milliards d'euros, soit un tiers du bénéfice total du groupe. A fin mars, la division gestion d’actifs – pour l’essentiel, Pimco – comptait 1.342 milliards d’euros d’encours. Sur 2014, l’action Allianz est en recul de 4,3% à la date du 7 mai, soit une sous-performance de 4 points par rapport à l’indice sectoriel européen Stoxx Insurance 600.

A lire aussi