Lloyds cherche à atténuer l'impact du «ringfencing»

le 17/02/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Lloyds Banking Group, partiellement détenu par l'Etat britannique, cherche à convaincre la Prudential Regulatory Authority (PRA) de la nécessité d'adoucir les règles visant à sanctuariser les activités de dépôt (ringfencing). Etant donné la taille modeste de sa banque d'investissement, il redoute que la complexité et le coût liés à l'exploitation d'un groupe soumis aux pleines exigences de la réforme l'emportent sur les bénéfices. Sous ce nouveau régime, les banques devraient notamment disposer de conseils d'administration distincts pour leurs activités sanctuarisées et de banque d'investissement. Selon une source proche de Lloyds, les dicussions progressent convenablement.

A lire aussi