Le marché français de l'assurance vie a rebondi en 2013

le 31/01/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La collecte nette a atteint 10,7 milliards d'euros, malgré un mois de décembre morose. Le secteur se concentre sur le contrat «eurocroissance»

Le placement préféré des Français a retrouvé de l’allant en 2013. La collecte nette en assurance vie a atteint 10,7 milliards d’euros, après une décollecte de  6,3 milliards en 2012, révèlent les données de la Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA) diffusées hier. Cela la situe toutefois loin des niveaux de 2009 et 2010, lorsqu'elle avait atteint 50 et 51 milliards d’euros respectivement.

Deuxième bémol, le mois de décembre a été frappé par une décollecte de 1,6 milliard d’euros. «La situation est fragile. Les Français peuvent compenser leur perte de pouvoir d’achat ou leurs besoins de financement par des rachats partiels», note Bernard Spitz, président de la FFSA.

Même si les prestations et rachats ont reculé de 9% par rapport à 2012, à 109 milliards d’euros, ils restent largement supérieurs à la situation d’avant 2010. «La maturité des contrats a, en effet, comme conséquence une montée en puissance des rachats : 50% ont plus de 12 ans et deux tiers des encours ont plus de 8 ans. Les épargnants entrent et sortent de l’argent d’autant plus facilement que leurs contrats ont franchi le cap des 8 ans», analyse Philippe Crevel, économiste et secrétaire général du Cercle des Epargnants.

Au terme d’une année de tensions et d’incertitudes autour de la réforme de l’assurance vie, la FFSA se félicite de la promesse faite par le président de la République de «sanctuariser» la stabilité de la fiscalité de l’épargne jusqu’à la fin du quinquennat. Les assureurs peuvent désormais se concentrer sur le lancement du nouveau contrat «eurocroissance», dont l’instruction fiscale est en cours.

Au menu de l’actualité des professionnels figurent également les développements de l’accord européen sur Solvabilité 2 et le suivi de la généralisation de la complémentaire santé en entreprise (ANI). Le renforcement de la protection et de la prévention contre les aléas climatiques et les catastrophes naturelles pousse aussi à la mobilisation, au regard de l’évolution de ces phénomènes. Sur les sept derniers mois, le montant des sinistres dépasse déjà la moyenne annuelle constatée ces vingt dernières années, qui s’établit autour de 1,5 milliard d’euros, fait remarquer la FFSA. De quoi peser sur les indicateurs techniques.

En multirisque habitation, le ratio combiné du secteur s’est dégradé d’un point comparé à 2012, de 105 à 106%.

A lire aussi