Aviva France réduit ses effectifs pour retrouver des marges de manœuvre

le 05/12/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'assureur lance un plan de départ et transfère son réseau salarié à l'UFF. Il met l'accent sur les professionnels et la prévoyance

Un an après son changement de patron, Aviva France passe au régime minceur. L'assureur a confirmé hier la mise en place d’un plan de 120 départs volontaires. «Il s'ouvrira le 20 décembre au plus tard et touchera les back et middle-offices et les fonctions support et de contrôle», détaille Nicolas Schimel, qui dirige la filiale française de l'assureur britannique depuis décembre 2012. D’une durée de neuf mois, le plan accéléra les départs naturels, actuellement autour de 100 par an. L’effectif actuel de 3.300 personnes sera également amputé par le transfert, le 1er janvier, des 250 salariés du réseau Aviva Epargne & Conseils (AEC) vers l’Union Financière de France (UFF), spécialiste de la gestion de patrimoine détenu à 74% par Aviva.

«Les performances sont plutôt bonnes, mais sur les dix dernières années AEC n’a pas cessé de décroître et n’est pas suffisamment installé sur le marché», estime Nicolas Schimel, qui a gardé sa casquette de patron de l’UFF. A l’échelle d’Aviva France, «nous n’avons pas la taille globale qui nous permette de travailler uniquement sur des économies d’échelle. Nous voulons maintenir un modèle d’assureur généraliste tout en étant de taille relativement modeste», ajoute-t-il.

L’UFF va récupérer un fonds de commerce de 2,5 milliards d’euros d’actifs, qui s’ajoute à ses 7,6 milliards d'encours à fin septembre. La «business unit» Aviva Vie, qui attend son nouveau responsable, va donc se recentrer sur la clientèle des professionnels et développer son offre de prévoyance via les courtiers et les agents généraux. Ceux-ci devront passer de 900 fin 2012 à 1.000 dans cinq ans. L’activité vie-prévoyance devra aussi trouver des partenaires en assurance directe, Aviva étant seulement présent sur internet avec les produits dommages d’Eurofil.

Sur les 3,4 millions d’euros collectés à fin septembre en vie, épargne et retaite (+18%), 20% seulement proviennent d’Aviva Vie. Contre 46% pour l’association d’épargnants Afer, qui pèse encore 63% du stock, et 34% pour Antarius, la coentreprise avec le Crédit du Nord (13% des encours). Sur les seuls produits vie (500 millions depuis janvier), Aviva Vie conclut toutefois la moitié de ses affaires nouvelles en unités de compte, bien plus qu'à l’Afer. La compagnie prépare pour cette dernière un contrat Eurocroissance destiné à pallier la baisse de rendement du contrat en euros. Le lancement n’aura lieu qu’en septembre 2014, après l’assemblée générale de l’association.

A lire aussi