Axa concrétise ses ambitions en Amérique latine

le 13/11/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’assureur français prend le contrôle d’un acteur majeur en Colombie et s’apprête à poser le pied au Brésil

Après l’Asie et le Moyen-Orient, Axa déroule le troisième volet de sa stratégie de croissance, en Amérique latine. Présent au Mexique depuis 2008 (en rachetant les activités d’ING, puis l’assurance dommages de HSBC), il a annoncé l’acquisition de 51% du capital du colombien Colpatria Seguros auprès du conglomérat Mercantil Colpatria (pour 259 millions d’euros), ainsi que le projet de création d’une compagnie d’assurance au Brésil.

Dans son plan stratégique Ambition 2015, dévoilé en 2011, Axa avait fait connaître son intérêt à l’égard des marchés émergents et en avait déjà identifié les pays prioritaires. «Le groupe n’a pas vocation à couvrir l’ensemble des pays d’Amérique latine. Les marchés que nous visons doivent bénéficier d’un environnement juridique stable et de qualité, ainsi qu’un potentiel de développement économique», indique à L’Agefi Jean-Laurent Granier, directeur général de la zone Méditerranée-Amérique latine.

En l’occurrence, le marché colombien de l’assurance a progressé de 12% par an au cours des quatre dernières années, pour un taux de pénétration encore faible (2,4% selon l’étude Sigma de Swiss Re). Dans ce contexte, le chiffre d’affaires de Colpatria Seguros a progressé de 18% par an. Le groupe détient 7% du marché, ce qui en fait le quatrième acteur derrière Suramericana (à 20%) et au coude à coude avec le colombien Bolivar, l’espagnol Mapfre et Allianz. Il occupe notamment la deuxième position en dommages (soit 9% du marché). Sa marge de progression est plus grande en vie et complémentaire santé.

Dans la mesure du possible, Axa privilégie les partenariats avec des acteurs locaux, qui apportent leur connaissance du marché et leur réseau relationnel. Le groupe français fait jouer son savoir-faire technique à travers ses lignes métiers mondiales. C’est ce qui s’est passé en Colombie.

Le Brésil, lui, nécessite une approche différente. Alors que CNP Assurances s’y était implanté dès 2001 en acquérant 52% de Caixa Seguros auprès de Caixa Econômica Federal, Axa a déposé une demande d’agrément pour une compagnie spécialisée dans le risque d’entreprises.

«Le Brésil est un marché très concentré et complexe. C’est pourquoi nous avons choisi d’y entrer par une seule activité, sur laquelle nous avons une expertise forte. Le marché de l’assurance aux entreprises progresse de plus de 10% par an environ. Notre plan de marche est d’abord de devenir un acteur reconnu par notre maîtrise technique», précise Jean-Laurent Granier.

A lire aussi