RBS se dote d’une ‘bad bank’ interne

le 04/11/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les résultats d’un nouveau plan de restructuration seront dévoilés en février prochain, à l’occasion de la publication des comptes annuels

RBS ne sera finalement pas scindée en deux. Cinq mois après avoir commandé un rapport sur la pertinence de la séparation de la banque partiellement nationalisée en une bonne et une mauvaise banque, le Trésor britannique a finalement opté pour la création d’une structure de défaisance interne dans laquelle la banque va transférer 38 milliards de livres d’actifs à risques. «Notre analyse indépendante a montré que la ‘bad bank’ devait être interne et financée par RBS plutôt qu’une structure externe financée par le contribuable», a commenté le Chancelier de l’Echiquier George Osborne à l’occasion de cette annonce vendredi.

RBS prévoit ensuite de se délester de 55 à 70% de ses actifs d’ici à deux ans. Le cantonnement de ces actifs toxiques dans une nouvelle unité baptisée RBS Capital Resolution va cependant peser sur le bilan de RBS. Le groupe table sur des dépréciations estimées dans une fourchette de 4 à 4,5 milliards de livres au cours du dernier trimestre de son exercice, ce qui devrait conduire à une perte significative pour l’ensemble de l’année.

Parallèlement à la création de cette structure, la banque partiellement nationalisée a annoncé l’accélération de la cession de ses opérations américaines Citizens, qui seront introduites en partie en Bourse dès l’an prochain pour une sortie définitive attendue d’ici à fin 2016. La banque ne devrait reprendre le chemin de la reprivatisation qu’après les élections générales de 2015. Les analystes restent cependant sceptiques devant cette nouvelle échéance, alors que l’action RBS reculait de 7,5 % à 340 pence à la clôture de la Bourse de Londres vendredi. Ce niveau est encore très loin de la moyenne de 500 pence versés par le gouvernement britannique pour le rachat de sa participation dans la banque.

Ross McEwan, le nouveau directeur général de RBS entré en fonctions le 1er octobre, a également annoncé une révision de l’ensemble des unités opérationnelles de RBS, dont les résultats seront connus lors de la publication des comptes annuels de la banque en février prochain. L’objectif est d’identifier de nouvelles sources de réductions de coûts, afin de ramener le ratio coût/revenus autour des 55% au lieu de 65% aujourd’hui. Dans l’intervalle, le groupe a replongé dans le rouge au troisième trimestre avec une perte nette de 828 millions de livres, après deux trimestres dans le vert.

A lire aussi