Le coût immédiat de l'accord sur le secret bancaire paraît gérable pour les banques suisses

le 31/05/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Julius Baer pourrait devoir payer 250 millions de francs, Credit Suisse a provisionné 295 millions. UBS a déjà payé en 2009

Les autorités américaines ont réussi à mettre un sérieux coup de canif à la tradition du secret bancaire en Suisse. Afin de permettre à ses banques de régler leur contentieux fiscal avec les Etats-Unis, le gouvernement suisse a adopté le 29 mai une loi autorisant les banques du pays à livrer de nouvelles informations sur le comportement de leur personnel et de leurs clients qui ont fraudé le fisc américain à hauteur de plusieurs milliards de dollars. Le texte devrait passer devant le parlement helvétique au mois de juin. «Si elle est adoptée, cette loi devrait créer un socle législatif permettant de mettre un terme au conflit avec les Etats-Unis», estime Credit Suisse.

La solution trouvée avec les Etats-Unis prévoit que chaque banque devra choisir si elle veut participer à un programme américain réglant son passé. «La participation est individuelle et facultative, mais non négociable», a précisé la ministre suisse des Finances, Eveline Widmer-Schlumpf. Si la presse évoquait un coût total exorbitant pour le secteur bancaire suisse compris entre 7 et 10 milliards de dollars, les chiffres mis en avant par les analystes de Credit Suisse paraissent plus modestes.«Les chiffres relayés dans la presse paraissent peu clairs», estime ainsi l’établissement. Et les banques disposeront d’un an pour trouver un arrangement.

«Pour Julius Baer, nous prévoyons que le coût de cette loi devrait être gérable», indique Credit Suisse qui estime qu’il devrait se monter à environ 250 millions de francs. La presse évoquait une fourchette large comprise entre 200 et 500 millions. Le directeur général de l’établissement, Boris Collardi, a indiqué hier que «les banques vont sceller un accord d’ici à la fin de l’année. J’espère que Julius Baer en fera partie».

Concernant UBS, les analystes de Credit Suisse estiment même que le coût supplémentaire devrait être nul, compte tenu du fait qu’elle a déjà versé 780 millions de dollars en février 2009, dont 380 millions en restitution de profits et 400 millions de compensations diverses pour l’Etat fédéral américain. Credit Suisse a de son côté provisionné 295 millions de francs pour régler son contentieux avec le fisc américain.

Wegelin a fermé ses portes en janvier après avoir été reconnue coupable par un tribunal de Manhattan d’avoir aidé des citoyens américains à échapper à plus de 1,2 milliard de dollars d’impôts. Elle avait été condamnée à payer 57,8 millions de dollars.

A lire aussi