Axa affirme ses ambitions de développement en Asie

le 31/05/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’assureur vise quelque deux milliards d’euros de primes brutes à horizon 2015 dans le dommage, hors acquisition du chinois Tian Ping

Photo: Alastair Miller/Bloomberg

Axa a réitéré jeudi son intérêt pour l’Asie dans le cadre d’un séminaire près de Bordeaux réunissant la presse internationale. Dans l’assurance dommages, «même si notre positionnement est encore petit et ne représente que 2% des primes brutes souscrites au niveau du Groupe, nous sommes devenus le premier acteur international (hors Japon)», a déclaré Gaëlle Olivier, directrice générale des activités d’assurance dommages d’Axa en Asie.

Alors que l’activité reposait encore en 2010 sur deux pays principaux, Singapour et la Malaisie avec respectivement 170 et 166 millions d’euros de primes brutes souscrites, «nous disposions en 2012 de quatre piliers», a-t-elle indiqué, citant l’Inde (175 millions de primes en 2012), Singapour (245 millions d’euros de primes), la Malaisie (200 millions d’euros), Hong Kong (320 millions d’euros), aux côtés de la Chine, de l’Indonésie et de la Thaïlande (25, 55 et 60 millions d’euros). D’ici à 2015, «l’Inde sera de la taille de Hong Kong» pour Axa, a estimé Gaëlle Olivier.

Alors que les primes brutes d’Axa dans l’assurance dommages en Asie ont enregistré une croissance moyenne de 8% par an entre 2000 et 2010, passant de 200 à 590 millions d’euros, celles-ci devraient avoisiner les 2 milliards d’euros à horizon 2015, a indiqué la dirigeante. Cette prévision exclut l’impact de l’acquisition de 50% de l’assureur chinois Tian Ping annoncé par le groupe fin avril.

«La croissance organique enregistrée en 2012 s’est élevée à 22%, elle devrait dépasser les 15% cette année», a indiqué Gaëlle Olivier. Les résultats sous-jacents, qui étaient déficitaires de 4 millions d’euros en 2009, devraient atteindre une centaine de millions d’euros en 2015, toujours hors effet Tian Ping, dont l'impact sera sûrement négatif sur le bénéfice. «Nous allons faire des investissements massifs, car nous voulons accroître les activités de ventes directes de Tian Ping (17% actuellement, contre 80% visés)», a expliqué Gaëlle Olivier, prévoyant d’atteindre la rentabilité d’ici à 2016-2017.

Au Japon, qui représentait 8% des revenus du groupe en 2012, «l’ambition d’Axa est de devenir un acteur de référence sur des segments ciblés, à savoir la protection et la santé, les PME et la retraite», a déclaré Jean-Louis Laurent Josi, président d’Axa Japan, rappelant que 300 millions d’euros d’investissement doivent être déployés sur la période 2011-2015.

A lire aussi