Commerzbank prend ses aises pour sa nouvelle augmentation de capital

le 15/05/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La banque lève 2,5 milliards d’euros à une décote de 38% ex-droits pour racheter les participations du fonds de restructuration SoFFin et d’Allianz

Chose promise, chose due pour Commerzbank, qui a détaillé hier les modalités de l’augmentation de capital de 2,5 milliards d’euros approuvée le mois dernier par ses actionnaires. La banque va émettre avec droit préférentiels de souscription 555,5 millions d'actions nouvelles au prix unitaire de 4,5 euros. 21 actions existantes détenues donnent droit à la souscription de 20 nouveaux titres dès aujourd’hui et jusqu’au 28 mai. Les droits sont négociables jusqu’au 24 mai et les nouveaux titres le seront dès le 29 mai.

Commerzbank place la barre assez bas pour sécuriser la transaction et éviter tout risque que le prix de l'action se rapproche de celui de l'offre. Le prix de 4,50 euros correspond en effet à une décote de 55% sur le cours de clôture de lundi soir et de 38% ex-DPS en tenant compte de la valeur théorique unitaire de 2,65 euros du droit de souscription. La valorisation droit attaché correspondait hier à l’ouverture, selon Oddo, à un potentiel de baisse voisin de 5% par rapport aux objectifs du courtier contre un potentiel de hausse moyen «de l’ordre de 10%» pour les autres banques de la zone euro. Oddo souligne que la publication des résultats du premier trimestre n’a pas fourni d’espoir d’amélioration rapide de la rentabilité. De fait, le titre a cédé hier à Francfort 5,59% à 9,39 euros.

La banque allemande met tout de même en lumière que cette augmentation de capital, la cinquième en quatre ans, doit lui permettre de financer le rachat complet des participations dormantes d’Allianz (pour 750 millions d’euros, issues de la vente de Dresdner Bank en 2008) et, surtout, symbole de l’héritage de la crise, du fonds de restructuration du secteur bancaire, le SoFFin (pour 1,6 milliard). Ce double rachat engendrera une économie annuelle d’intérêts d’environ 200 millions d’euros pour Commerzbank, alors que la part du capital détenue par les pouvoirs publics allemands passera de 25% à moins de 20%, selon la banque.

Cette dernière se félicite d’ores et déjà de pouvoir grâce à l’opération, dirigée conjointement par Commerzbank, Deutsche Bank, Citigroup et HSBC, «améliorer sa structure de capital de façon significative» et «envisager le versement d’un dividende». La banque, qui a confirmé hier son objectif d’un ratio de 9% d’ici fin 2014, estime que l’augmentation de capital lui permet de renforcer de 0,9 point à 8,4% son ratio de solvabilité common equity tier 1 pro forma sous Bâle 3.

A lire aussi