Swiss Life entend améliorer encore cette année son efficacité opérationnelle

le 28/02/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les résultats 2012 ont été pénalisés par une provision en Allemagne. En France, le résultat opérationnel a bondi de 31%

Swiss Life compte bien rester en 2013 sur le chemin de la croissance rentable emprunté l’an passé. Le résultat opérationnel annuel, dévoilé hier, a ainsi progressé de 26% à 993 millions de francs suisses (815 millions d’euros), l’assureur suisse parvenant selon son directeur général, Bruno Pfister, à «de nouveau améliorer son efficacité opérationnelle».

Si le volume de primes a été stable à 10,7 milliards de francs, la marge sur les affaires nouvelles a progressé de 0,2 point à 1,4%. Surtout, le résultat sur investissements s’est établi à 5,7 milliards, correspondant à un rendement net en hausse d’un point à 4,8%. De quoi permettre une hausse de 8% de la provision technique à 138 milliards.

Swiss Life France a activement contribué à ce bilan, «dans un environnement de marché difficile», comme le souligne la filiale. Son président Charles Relecom s’est félicité du chemin parcouru «tant en termes de volume que de qualité des affaires». En témoigne le bond de 31% du résultat opérationnel à 131 millions d’euros. En assurance-vie particulièrement, la collecte «est restée positive», à 382 millions, pour un volume de primes «en retrait de 2% seulement» (1,84 milliard), «dans un marché quant à lui en recul de 8%».

Si le panorama opérationnel est encourageant, le résultat net du groupe a chuté l’an passé de 85% à 93 millions de francs sous le coup d’une dépréciation de 578 millions subie sur la filiale allemande de conseil AWD. Une ombre au tableau annoncée en novembre dernier concernant cette société acquise en 2008 pour 1,2 milliard d’euros. Bruno Pfister a qualifié hier d’extrêmement faible la probabilité de nouvelles dépréciations. Kepler Capital Markets souligne pourtant que l’activité d’AWD reste morose, après un recul de 13% des ventes en 2012 à 489 millions d’euros.

Les résultats engrangés en 2012 (passant par un ratio de solvabilité en progrès de 29 points à 242%) mettent en lumière selon le dirigeant les «fondations solides» dont dispose le groupe pour continuer à renforcer ses parts de marché. Gage de cette confiance, Swiss Life propose en dépit de la chute du résultat net le maintien du dividende unitaire de 4,50 francs. Confirmant son objectif d’un rendement des fonds propres de 8 à 10% à l’horizon 2015 (contre 8,6% en ajusté en 2012), l’assureur a promis pour le 23 mai la présentation d’une actualisation de son plan Swiss Life 2015, source de nouveaux gains opérationnels.

A lire aussi