La Banque Postale reste sur le chemin de la croissance

le 28/02/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le PNB a progressé en 2012 et le résultat d'exploitation se redresse après le sinistre grec de 2011, selon les comptes annuels que «L'Agefi» s'est procurés

La page grecque est tournée. La Banque Postale devrait publier le 5 mars un résultat d’exploitation 2012 en hausse de 68% à 621 millions d’euros, après avoir pâti lors de l’exercice précédent de pertes sur ses emprunts d’Etat grecs, selon les comptes annuels du groupe La Poste dont L’Agefi a eu connaissance. Le résultat brut d’exploitation des activités bancaires, qui comprennent également la gestion d’actifs et les assurances, a pour sa part crû de 12,5% l’an dernier à 773 millions d’euros.

Comme ses concurrents, la Banque Postale n’échappe pas au marasme économique français. Sa production de crédits immobiliers a par exemple plongé de 26% l’an dernier, même si l’encours progresse de 5,7% à 44,2 milliards. La faiblesse des taux pénalise en outre les marges d’intérêt et les activités de placement, encore très importantes puisque les crédits ne représentent que 59% des dépôts au bilan à fin décembre.

Le produit net bancaire est cependant resté stable à 5 milliards d’euros, alors qu’il s’est contracté dans tous les grands réseaux bancaires à l’exception du groupe Crédit Agricole. Hors variation de la provision épargne logement et du remboursement de l’amende échange image chèque, le PNB des activités bancaires augmente même de 2,5% à 5,34 milliards d’euros. La Banque Postale peut s’appuyer sur le lancement de nouvelles activités, comme encore en 2012 le financement des entreprises, dont l’encours est passé de 0,1 à 0,8 milliard, ou celui des collectivités locales, avec 1,9 milliard de crédits octroyés.

Acteur récent du crédit à la consommation, elle a aussi augmenté de 38% en un an ses encours dans ce métier, à 2,6 milliards. Une croissance qui n’est pas sans risque: le coût du risque (hors Grèce) augmente de 58 millions en raison de la hausse des découverts et du «crédit conso».

Côté épargne, le réseau a collecté 6,6 milliards sur le Livret A et le LDD, au détriment des autres livrets et des OPCVM. La banque affiche aussi une collecte nette de 4 milliards d’euros sur l’assurance vie, dans un marché pourtant en baisse en 2012.

Le groupe La Poste, de son côté, doit publier aujourd’hui un résultat net stable, à 479 millions d’euros. A 21,6 milliards d'euros, le chiffre d'affaires progresse légèrement (+0,4% à périmètre constant), tiré par le colis-express (+4,3%), tandis que les revenus du courrier reculent de 1,9% à 11,4 milliards.

A lire aussi