La Maif poursuit ses efforts d’amélioration de compétitivité et de productivité

le 30/01/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’assureur, dont le chiffre d’affaires a reculé de 1,2 % en 2012, vise 75 millions d’euros d’économies dans le cadre de la réorganisation de son réseau

Légère panne de croissance pour la Maif. Selon des données prévisionnelles dévoilées hier, l’assureur mutualiste a enregistré en 2012 un chiffre d’affaires de 3,061 milliards d’euros, en recul de 1,2% par rapport à 2011. «2012 a été une bonne année et nous sommes en croissance en nombre de sociétaires», a sobrement indiqué Pascal Demurger, directeur du groupe Maif.

Le dirigeant s’est en revanche montré plus prolixe concernant la transformation de la compagnie. L’an dernier, la Maif a en effet engagé un vaste chantier de réorganisation de son réseau de distribution et de gestion des sinistres, baptisé SDO (schéma directeur opérationnel). Objectif: gagner en compétitivité et en productivité en accentuant la spécialisation de ses différentes entités. Ainsi, si ses 150 délégations départementales doivent se consacrer exclusivement à la vente et à l’accueil des sociétaires, l’ensemble des activités téléphoniques (déclaration et gestion des sinistres) seront d’ici à 2015 regroupées dans des sites dédiés. «L’objectif est de créer sept plateaux téléphoniques dédiés aux déclarations de sinistres et de porter de 12 à 24 le nombre de centres dédiés à la gestion des sinistres», précise Jean-Marc Willman, directeur délégué de la Maif.

Au cours du deuxième semestre 2012, l’assureur a déjà déployé sa nouvelle organisation à Bordeaux, Rennes et Nantes. «A fin 2012, 10 % de notre réseau a été concerné par cette réorganisation, a indiqué Pascal Demurger. Fin 2013, nous aurons déployé la moitié de nos entités, avec l’Ile-de-France au deuxième semestre, et le déploiement total sera achevé en 2015.»

Sur l’ensemble de la période, la Maif consacrera 140 millions d’euros à ce projet, dont une enveloppe de près de 8 millions d’euros au titre d’incitations financières pour encourager les mobilités géographiques. «Nous devrions dégager une économie récurrente de 75 millions d’euros par an quand nous serons au bout du projet en 2015», a précisé Pascal Demurger. Un chiffre auquel doivent s’ajouter les économies réalisées dans le cadre des synergies avec Sferen (10 millions d’euros) et celles liées au plan de compétitivité du contrat d’assurance auto (50 millions).

La réorganisation de la Maif semble déjà porter ses fruits. Testée en Rhône-Alpes, «la mise en place de SDO nous a permis de gagner 25 % de productivité sur la chaîne de traitement de gestion des sinistres», a indiqué Pascal Demurger.

A lire aussi