Les temps resteront durs en 2013 pour les banques grecques

le 21/12/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les banques grecques Eurobank et Piraeus ont toutes deux publié des pertes trimestrielles, imputables à des provisions pour créances douteuses et à une hausse des coûts de financement. Piraeus Bank, qui a repris les actifs sains de la banque publique ATEbank et racheté la filiale Geniki de la Société Générale cette année, a perdu 629 millions d'euros sur la période janvier-septembre. Eurobank a fait état pour sa part d'une perte de 223 millions d'euros au troisième trimestre, et de 1,09 milliard sur neuf mois. Eurobank dit avoir besoin de 5,8 milliards d'euros pour se recapitaliser. Le Fonds hellénique de stabilité financière lui a déjà versé près de 4 milliards d'euros. Eurobank espère encore recevoir 1,8 milliard d'euros sous peu. Piraeus chiffre ses besoins en capital à 7,3 milliards d'euros. Le Fonds lui a fait une avance de 4,7 milliards. La banque a dit qu'il avait apporté encore 1,5 milliard d'euros ce mois-ci et s'était engagé pour 1,1 milliard de plus.

A lire aussi