Aviva prépare un plan de réduction d’effectifs sur le territoire français

le 27/09/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La filiale hexagonale a ouvert un PSE concernant les 62 salariés d’Aviva Europe Services France, une entité rattachée à l’ex-Aviva Europe

Les difficultés du groupe Aviva produisent leurs premiers effets au sein de la filiale française. Lors d’un récent comité d’entreprise, la direction d’Aviva France a annoncé aux organisations syndicales la mise en place d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) concernant les 62 salariés d’Aviva Europe Services France (AESF). L’information, dévoilée par une source syndicale, a été confirmée à L’Agefi par une porte-parole de l’assureur. Cette dernière précise cependant que les équipes d’AESF ne sont pas salariées d’Aviva France et sont juridiquement rattachées au groupe britannique. Toutefois, la structure étant logée dans l’Union économique et sociale (UES) de la filiale hexagonale, il lui incombe de mener à bien ce PSE.

Cette décision était attendue. Depuis l’annonce en avril de la réorganisation d’Aviva, marquée par la suppression de la structure régionale Aviva Europe, «l’avenir de l’entité Aviva Europe Services France était en suspens», selon un tract de l’intersyndicale CFE-CGC, CFDT et Unsa. Rattachée à l’ex-Aviva Europe, AESF regroupe des fonctions supports (informatique, RH, achats) ayant vocation à faire le lien entre le groupe et la filiale locale afin de rationaliser les projets communs et les coûts.

A ce stade, les modalités du PSE n’ont pas été détaillées aux organisations syndicales. Deux réunions sont prévues d’ici fin octobre pour finaliser les mesures d’accompagnement des 62 salariés concernés. «L’objectif est de proposer le plus possible de reclassements internes et d’accompagner les salariés qui feront l’objet de reclassements externes», indique la porte-parole d’Aviva France.

Ce PSE n’est pas le seul sujet de préoccupation des représentants du personnel. Ces derniers ont déclenché un droit d’alerte et mandaté un cabinet d’expertise en raison de «l’absence de lisibilité sur les axes stratégiques» d’Aviva France. Les syndicats s’inquiètent aussi de l’avenir du réseau de commerciaux salariés Aviva Epargne et Conseils «qui a vu ses effectifs réduits de plus de 72 personnes depuis septembre 2011», selon le tract de l’intersyndicale. Ils s’interrogent enfin sur l’évolution du statut des salariés de l’entité Epargne Actuelle qui, un an après avoir été intégré au sein d’Aviva France, doit retrouver son statut originel de cabinet de courtage.

A lire aussi