Le marché redoute des pertes bien plus lourdes que prévu pour Bankia

le 22/08/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La banque nationalisée, qui n'a toujours pas publié ses comptes, pourrait annoncer entre 4 et 10 milliards d'euros de pertes semestrielles

La situation de Bankia inquiète de plus en plus. La banque espagnole n'a toujours pas publié ses résultats semestriels et selon des analystes interrogés par le quotidien Cinco Días ses pertes pourraient s’élever entre 4 et 10 milliards d’euros. Le retard de la présentation des comptes serait d'ailleurs lié à l'ampleur des pertes. Bankia avait publié fin 2011 un bénéfice net de 309 millions d’euros. Mais en mai dernier, première surprise, le nouveau président de Bankia, José Ignacio Goirigolzarri, annoncait que le groupe avait en réalité essuyé 3 milliards d’euros de pertes.

Le cœur des inquiétudes réside dans le montant des actifs toxiques liés à l’immobilier détenus par la banque nationalisée. On parle de 32 milliards d’euros, soit un cinquième du portefeuille établi par la Banque d’Espagne qui avait estimé à 175 milliards d’euros le total des actifs pourris issus de l’immobilier pour l’ensemble du secteur financier espagnol.

C'est en éliminant de son bilan leurs participations dans le secteur de la construction, les crédits et actifs immobliers, que les analystes sont arrivés à conclure que les pertes de l’entité pourraient s’élever jusqu’à 10 milliards d’euros.

Selon Miguel Angel Bernal, professeur d’économie à l’Institut d’études boursières de Madrid, l'application de critères plus stricts pour valoriser les actifs toxiques de Bankia pourrait expliquer l'ampleur des pertes attendues. «Les Européens veulent connaître le pire du pire afin d’éviter les surprises comme en Grèce. Les marchés aussi préfèrent connaître le pire des scénarios même si c’est un choc. Plus le volume des pertes dévoilées est important, mieux c’est», souligne-t-il.

Selon Cinco Días, en 2013, la banque nationalisée affichera des bénéfices après l’introduction d’un plan stratégique visant à réduire drastiquement les coûts. Bien plus que ce plan, c’est la première tranche de l’aide de 30 milliards d’euros de Bruxelles destinée à recapitaliser Bankia, Catalunya Caixa et Novagalicia qui permettra à Bankia de sortir du rouge.

Mais sera-t-elle suffisante? L’aide initialement demandée par l’entité pour se recapitaliser était de 23,45 milliards d’euros, sur la base de pertes chiffrées à 3,03 milliards d’euros. Selon une source du secteur financier, «des pertes plus élevées que prévu pourraient en effet augmenter les nécessités» de capital de l’établissement.

A lire aussi