Laser Cofinoga se joint à la restructuration du secteur

le 23/01/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Victime de la réglementation et de la baisse de la demande, la filiale de BNP Paribas et des Galeries Lafayette supprime 462 postes

Le siège de Laser Cofinoga à Mérignac. Photo: Baptiste FENOUIL/REA

Alors que la crise et le durcissement de la réglementation ont mis à mal le crédit à la consommation, Laser Cofinoga a présenté vendredi «un projet de restructuration et un plan de redressement» à son comité central d’entreprise. La filiale de BNP Paribas et des Galeries Lafayette va supprimer 462 postes. Le site de Mérignac, près de Bordeaux, est le plus touché (397 suppressions), suivi par le siège social à Paris (44).

L’effet de la mesure sera partiellement compensé par la création de 29 postes à Mérignac, ramenant les suppressions nettes à 433, soit 17% des effectifs. Par ailleurs, «122 propositions de reclassement dans les autres activités de Laser Cofinoga ou chez ses actionnaires sont déjà inclus dans le plan», indique un porte-parole de la société. Qui n’a pas souhaité entrer dans les détails en raison des négociations avec les partenaires sociaux. D’après des syndicats, l’ensemble des services seront touchés.

Cette contraction du personnel représente «une partie minoritaire» de l’objectif de réduction des coûts présenté par la direction. Cette dernière vise en effet «à terme» 100 millions d’euros d’économies. La majorité proviendra d’une réduction des frais généraux et d’une meilleure gestion des risques. La loi Lagarde sur la réforme du crédit à la consommation, entrée en vigueur début 2011, pousse le secteur à être plus sélectif dans les contrats de crédit.

En plus des effets de la crise et de la méfiance croissante de la population, cette loi a provoqué une désaffection de la demande de crédits à la consommation en général et de crédits renouvelables en particulier. Selon les chiffres de l’Association française des sociétés financières (ASF), la production de crédit renouvelable (la plus génératrice de marges) par les établissements de crédits spécialisés a reculé de 6% entre 2011 et 2010, pendant les onze premiers mois. Pour le seul mois de novembre, le recul atteint 9,3%. En outre, les exigences de liquidité des futures règles de Bâle 3 pénalisent fortement les activités de prêts non génératrices de dépôt.

Laser Cofinoga n’est pas le seul affecté. Le mois dernier, dans le cadre de son plan de restructuration, le Crédit Agricole avait annoncé des mesures draconiennes à l’égard de sa filiale CA Consumer Finance: 600 postes sont concernés, la moitié en France. CA CF doit réduire de 8 milliards d’euros ses besoins de liquidité et de 13% ses encours d’ici à la fin de l’année.

A lire aussi